Publicité

Tendance hésitante en Europe, Volkswagen profite de son excellent trimestre

Bruxelles (L'Echo) La tendance est volatile vendredi sur les marchés européens, ceux-ci affichant une tendance irrégulière tout en essayant d'éviter de partir nettement à la baisse à l'instar des marchés américains et asiatiques.

A cet effet, les investisseurs peuvent compter sur de bons résultats semestriels, dont ceux de Saint-Gobain ou encore de Volkswagen. Certains opérateurs jugent aussi exagérée la récente correction des marchés américains et asiatiques.

Malgré tout, la séance n'en est pas jouée pour autant alors que plusieurs statistiques américaines seront publiées vendredi. Celles-ci devraient être "des catalyseurs importants" pour les indices, estime un analyste. A cet égard, les opérateurs attendent la publication aux Etats-Unis de la première estimation du produit intérieur brut au deuxième trimestre (14h30), l'indice de confiance définitif établi par l'Université du Michigan pour juillet (16h).

Peu après 13 heures, l'indice DJ Stoxx 50 s'affichait stable (+0,05%) à 3.737,06 points. Londres gagne 0,11% tandis qu'Amsterdam cède 0,85%, Francfort 0,63% et Paris cède 0,41%.

VALEURS

NOKIA +3,30% à 20,67 euros / SIEMENS +1,33% à 95,35 euros

Les valeurs de la technologie relevaient la tête et signaient la meilleure progression sectorielle vendredi. L'indice DJ Stoxx 600 du secteur progressait de 1,1%.

VOLKSWAGEN +3,19% à 124,39 euros

Le premier constructeur automobile européen va atteindre dès cette année son objectif de résultat à moyen terme, a-t-il annoncé vendredi, après un excellent deuxième trimestre, tiré par des ventes très solides.

Volkswagen va atteindre dès cette année l'objectif qu'il s'était fixé à l'horizon 2008 au niveau du bénéfice imposable, à savoir la barre des 5,1 milliards d'euros. Pour la première fois dans l'histoire du groupe, les livraisons devraient franchir le cap des 6 millions d'unités vendues, selon un communiqué.

Volkswagen attend par ailleurs une "nette hausse" de son bénéfice d'exploitation avant exceptionnels alors qu'il misait jusqu'à présent sur une simple progression.

Ce regain d'optimisme fait suite à un deuxième trimestre nettement supérieur aux attentes.

Sur la période, le bénéfice net a grimpé de 41,8% à 1,2 milliard d'euros. Le bénéfice d'exploitation avant exceptionnels, qui sert d'étalon pour les prévisions internes du groupe, a bondi quant à lui de 37,3% sur la période à 1,73 milliard d'euros, pour un chiffre d'affaires de 28,2 milliards d'euros, en hausse de 6,2%.

SAINT-GOBAIN +1,18% à 81,21 euros

L'action de Saint-Gobain restait en nette hausse vendredi, profitant d'un bénéfice net meilleur que prévu au premier semestre et des précisions apportées par le groupe sur ses objectifs annuels, les cessions prévues et son plan d'économie.

Le spécialiste français du verre, des emballages et des matériaux de construction a annoncé jeudi un bénéfice net courant (hors PV et exceptionnels) de 1,06 milliard d'euros, en hausse de 31,2% et "supérieur aux attentes", selon le nouveau directeur général du groupe Pierre-André de Chalendar.

Le résultat net s'établit à 465 millions d'euros après une provision de 650 millions d'euros, le groupe étant sous le coup d'une procédure de la Commission européenne pour entente sur les tarifs des verres plats. La décision de Bruxelles est attendue au plus tôt fin 2007.

Ce chiffre dépasse les estimations du Crédit Mutuel CIC, qui prévoyait un résultat net de 441 millions d'euros et une provision de 515 millions d'euros pour l'amende de Bruxelles, soit un résultat net courant de 956 millions d'euros, en progression de 17,6% sur un an.

CAP GEMINI -3,01% à 49,95 euros

Cap Gemini a déçu en dépit d'un bénéfice net plus que doublé (+136,6%) au premier semestre, à 168 millions d'euros, certains analystes espérant une progression encore supérieure. La marge opérationnelle s'élève à 269 millions, soit un taux de 6,1% contre 4,8% au premier semestre 2006, et le résultat opérationnel augmente de 64,7%, à 229 millions d'euros.

Alors que le titre était récemment soutenu par les rumeurs de rachat par Infosys, Capgemini a par ailleurs affirmé vendredi n'avoir eu "aucun contact d'aucune sorte" avec le numéro deux indien. "Je n'ai pas été approché", a déclaré le directeur général Paul Hermelin lors d'une conférence de presse.

RESOLUTION +2,93% à 650 pence

L'assureur Resolution, un des trois seuls rescapés de la séance de jeudi déjà, était en hausse de 3,01% à 650,50 pence sur des rumeurs de rachat par un de ses actionnaires, alors que Resolution vient de conclure un accord de fusion avec un autre assureur vie britannique, Friends Provident.

La rumeur courait vendredi que Hugh Osmond, déjà actionnaire à 11,28% de Resolution et, comme le groupe, intéressé aussi dans le rachat de fonds de pension fermés aux nouveaux entrants, voulait accroître encore de 5% sa participation.

CARREFOUR +0,99% à 51,83 euros

Carrefour a cédé ses activités portugaises au groupe SONAE pour 662 millions d'euros, le groupe de distribution français entendant désormais se recentrer sur les pays où il dispose de parts de marché plus importantes, a-t-on appris ce vendredi.

"Cette annonce ne concerne absolument pas la Belgique et n'y aura aucun impact", a précisé de son côté la porte-parole du groupe en Belgique, Geneviève Bruynseels.

INFINEON +2,46% à 12,50 euros

Le fabricant allemand de semi-conducteurs Infineon a enregistré au troisième trimestre de son exercice décalé 2006/2007 des pertes plus importantes que prévu, en raison des contre performances de sa filiale Qimonda, mais cela n'a pas affolé la Bourse.

Infineon a essuyé au troisième trimestre une perte nette de 197 millions d'euros, contre une perte de 23 millions d'euros un an plus tôt, a-t-il annoncé vendredi.

EMAP +12,51% à 859 pence

Le groupe britanique Emap Plc envisage une vente ou un démantelement du groupe compte alors que la mauvaise performance du titre en Bourse et le départ du CEO a suscité plusieurs offres non sollicitées.

Emap a toutefois refusé de donner des noms quant aux sociétés ayant marqué de l'intérêt pour un rachat. Emap a également refusé d'en dire plus sur les divisions qu'elle pourrait envisager de vendre.

Suite à ces informations, le titre a été vivement recherché en Bourse. Le titre est régulièrement la cible de spéculations sur un éventuel rachat, conséquence d'une série d'avertissements sur résultats, la vente de ses activités françaises, l'engagement de deux firmes de consultance pour un screening des activités et le départ de son CEO Tom Moloney.

(c) L'Echo (tel: +32 2 4231764; fax: +32 2 4231610)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés