Une erreur de pilotage?

Les pilotes polonais auraient ignoré les instructions des aiguilleurs du ciel russes qui leur demandaient de se diriger vers un autre aéroport en raison d'un épais brouillard.

(afp) - Les enquêteurs du Parquet russe ont exclu dimanche que l'accident de l'avion présidentiel polonais en Russie soit dû à un problème technique, cependant que les experts russes et polonais étudiaient les boîtes noires de l'appareil. Le drame s'est produit samedi matin près de Smolensk (ouest), provoquant la mort des 96 occupants de l'avion, parmi lesquels se trouvaient le président polonais Lech Kaczynski, son épouse et de nombreux autres hauts responsables polonais, dont la majeure partie du commandement militaire.

Dimanche, les experts russes et polonais ont commencé ensemble dans un laboratoire à Moscou l'examen des boîtes noires -l'enregistreur de son et celui des données- retrouvées sur les lieux de la catastrophe aérienne.

Si la Pologne gardait un silence total sur ce que pourraient être selon elle les causes de l'accident, les Russes ont déclaré dimanche exclure tout problème technique à bord de l'avion, mettant de nouveau en cause les pilotes polonais.

"L'enregistrement qui est à notre disposition confirme que l'avion n'avait pas de problèmes techniques", a déclaré le chef du comité d'enquête russe Alexandre Bastrykine au cours d'une rencontre avec le Premier ministre russe Vladimir Poutine, selon des images diffusées par la télévision russe.
"Le pilote a été informé de conditions météorologiques compliquées, mais a néanmoins pris la décision d'atterrir", a-t-il expliqué.

Samedi, le commandant adjoint de l'état-major de l'armée de l'air russe, Alexandre Aliochine, avait déjà affirmé que les pilotes polonais avaient ignoré les instructions des aiguilleurs du ciel russes qui leur demandaient de se diriger vers un autre aéroport en raison d'un épais brouillard.
Le décryptage de l'enregistreur de données doit commencer dans la soirée, a indiqué le ministre russe des Transports Igor Levitine au cours d'une rencontre avec M. Poutine.

Un autre groupe russo-polonais continue de travailler sur le site de la catastrophe, près de Smolensk, a-t-il précisé.

Les autorités russes ont supprimé dimanche le périmètre de sécurité autour du lieu de l'accident, où des fleurs et des bougies allumées ont aussitôt été déposées.

M. Poutine s'est rendu une nouvelle fois à Smolensk pour rendre un dernier hommage au président Kaczynzki.
Recouvert du drapeau polonais rouge et blanc, le cercueil contenant la dépouille a été brièvement exposé à l'aéroport militaire de cette ville, à moins d'un kilomètre du site de la catastrophe.

Vladimir Poutine et l'ambassadeur de Pologne en Russie Jerzy Bahr se sont recueillis devant le cercueil et ont déposé des roses rouges. Un orchestre militaire a joué les hymnes polonais et russe.
Le cercueil a ensuite été transporté à bord d'un avion militaire par des militaires polonais, en présence des gardes d'honneur russe et polonaise, et rapatrié directement à Varsovie.

Les autres corps ont été transférés à Moscou pour y subir, conformément à la loi russe, des expertises médico-légales.
Les familles des victimes étaient attendues dimanche dans la capitale russe pour identifier les dépouilles et les récupérer. Le ministère russe des

Situations d'urgence a annoncé avoir dépêché 40 psychologues dans des aéroports, hôtels et morgues moscovites pour les soutenir.
Plusieurs centaines de Russes qui ne cachaient pas leur chagrin se sont rassemblés dans la journée à l'ambassade de Pologne à Moscou pour rendre hommage aux victimes ou ont assisté à une messe à la cathédrale Sainte-Marie, principale église catholique dans cette ville où la population est majoritairement orthodoxe.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés