"Une implosion de l'euro ne peut pas être exclue", estime l'économiste Roubini

(ECHO) "Une implosion de l'euro ne peut pas être exclue" en raison du risque de contagion de la crise grecque au reste de l'Europe, a estimé jeudi l'économiste Nouriel Roubini, qui fut l'un des rares à prédire la crise financière de 2007/2008.


"A ce stade, l'implosion de l'euro ne peut pas être exclue. L'effet de contagion est une possibilité réelle pas seulement pour les pays les plus à risque", a déclaré au journal italien Repubblica M. Roubini, surnommé le Dr Fatalis pour son perpétuel pessimisme.
Pour le professeur d'économie aux Etats-Unis, les pays les plus à risque de contagion sont le Portugal, "puis l'Irlande et l'Espagne et, à une distance raisonnable, l'Italie".


Selon lui, l'Italie "doit faire attention à ne pas s'arrêter" sur la route des réformes car "de lourdes difficultés persistent, de l'endettement au manque de compétitivité".


Il est encore possible d'éviter le pire "mais pas avec le plan de sauvetage" prévu pour la Grèce qui est "voué à l'échec car adopter un programme d'austérité fiscale avec un déficit à 10% du PIB est une mission impossible".
M. Roubini propose donc "un plan B: une restructuration préliminaire de l'endettement grec, à partir d'un allongement des échéances pour l'offre de nouveaux titres (obligataires) en échange des (emprunts) existants".


"Cette hypothèse ne plaît pas aux créanciers mais il faut les convaincre sinon ils perdront vraiment tout".
Ensuite, il faudra "en Grèce et dans d'autres pays effectuer des réformes structurelles plus profondes que celles prévues qui semblent se limiter à des sacrifices pour les revenus (de la population grecque) et sont destinées à être balayées par les émeutes".
L'économiste juge également nécessaire "une action énergique des institutions communautaires avec une politique de taux faibles de la part de la BCE, une rapide réforme des traités (européens) pour les adapter à la réalité actuelle et un effort supplémentaire de l'Allemagne pour renforcer ses projets de stimulation de la demande interne et de relance de son économie qui est la locomotive de l'Europe".

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés