Une septantaine de Belges devraient quitter le Liban

Une bonne septantaine de ressortissants belges devraient quitter lundi le Liban, en proie à des bombardements israéliens depuis six jours, a indiqué le ministère des Affaires étrangères à l'agence BELGA.

(belga) L'ambassade de Belgique à Beyrouth a affrété un autobus qui a quitté lundi matin la capitale libanaise en direction de Damas avec dix-sept personnes à bord, a déclaré le porte-parole du Service public fédéral (SPF) Affaires étrangères, Rudi Huygelen.

Une soixantaine d'autres Belges doivent embarquer à bord du ferry affrété par la France pour évacuer lundi de Beyrouth vers Larnaca (Chypre) quelque 900 Français et 300 ressortissants d'autres pays européens, a ajouté M. Huygelen.

Ce ferry, le "Iera Petra", qui a appareillé lundi de Limassol (sud de Chypre), devait accoster à la mi-journée à Beyrouth, afin d'assurer "une première rotation", selon l'ambassadeur de France à Chypre, Hadelin de la Tour du Pin. Il compte un millier de places.

Selon les Affaires étrangères, ces 60 personnes sont celles qui ont été sélectionnées par l'ambassade de Belgique en fonction des priorités, notamment pour les personnes malades ou celles ayant des enfants.

Mais le ferry fera d'autres navettes entre Beyrouth et Larnaca, a assuré M. Huygelen.

Il a confirmé qu'un Airbus A310 militaire belge devrait s'envoler mardi matin à destination de Chypre pour rapatrier des ressortissants européens ayant quitté le Liban, soumis à d'intenses bombardements israéliens, qui ont fait au moins 167 morts et 400 blessés depuis son lancement le 12 juillet en riposte à la capture de deux soldats israéliens par le Hezbollah et la mort de huit autres à la frontière.

Selon le porte-parole, d'autres liaisons en autobus pourraient aussi être organisées en direction de Damas.

"Mais nous avons l'impression que les gens préfèrent l'option du navire", a-t-il ajouté.

Paris a lancé samedi une vaste opération, mettant en place des avions, des navires militaires et des hélicoptères avec plus de 800 militaires, pour aider des milliers de Français à quitter le Liban qui compte près de 20.000 Français, résidents et touristes.

Une frégate anti-sous-marins, la "Jean de Vienne", avec 240 hommes à bord, a appareillé samedi soir de Sète (sud de la France) vers Chypre et le transporteur de chalands de débarquement (TCD) "Sirocco" devait quitter Toulon dimanche dans l'après-midi avec quatre hélicoptères et une installation hospitalière avec deux blocs opératoires.

Selon le ministère belge des Affaires étrangères, 1.200 Belges résident au Liban, dont 90% jouissant de la double nationalité, et 550 autres s'y trouvaient, souvent pour rendre visite à leur famille lorsque les bombardements israéliens ont débuté.

Cité lundi matin par les journaux Le Soir et De Morgen, le premier secrétaire de l'ambassade de Belgique à Beyrouth, Christophe de Bassompierre, a affirmé qu'au moins 90 Belges sont bloqués dans le sud du Liban. "Ils sont complètement coincés parce que l'armée israélienne bombarde les routes", a-t-il précisé. /. GGD/MMA (BPE)

(photo: belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés