USA: les créations d'emplois sont au plus bas depuis novembre 2004

L'économie américaine a créé 88.000 emplois seulement en avri. C'est le niveau de créations d'emplois le plus faible depuis novembre 2004.

(afp) Le marché du travail a envoyé des signaux décevants en avril aux Etats-Unis, avec des créations d'emplois au plus bas en près de deux ans et demi et une hausse du taux de chômage, a indiqué vendredi le département du Travail.L'économie américaine a créé 88.000 emplois seulement en avril après 177.000 en mars, tandis que le taux de chômage augmentait à 4,5% de la population active contre 4,4% le mois précédent.C'est le niveau de créations d'emplois le plus faible depuis novembre 2004, et une déception pour les analystes qui tablaient sur 100.000 embauches nettes.

En revanche, le taux de chômage est conforme à leurs attentes.L'euro a légèrement progressé après la publication de ce rapport.Autre déception, les chiffres des mois précédents ont été révisés en baisse, pour faire ressortir 177.000 embauches en mars (au lieu de 180.000) et 90.000 en février (au lieu de 113.000)."Au cours des quatre premiers mois de 2007, l'économie a créé 129.000 emplois par mois en moyenne, contre 189.000 en 2006", a noté Philip Rones, adjoint au bureau des statistiques sur l'emploi.Les créations d'emplois sont suivies avec attention par les économistes qui les jugent plus représentatives de la santé du marché du travail que le taux de chômage. Ils estiment qu'il faut entre 110.000 et 140.000 créations par mois pour absorber l'augmentation de la population active.

Le marché du travail a souffert en avril des difficultés persistantes de l'industrie (-19.000 emplois), plombée par le secteur automobile notamment, et du bâtiment (-11.000).D'importants licenciements ont aussi été enregistrés dans le commerce de détail (-26.000), concentrés dans les grands magasins qui ont ainsi inversé les fortes embauches du mois précédent.En revanche, le secteur de l'éducation/santé a créé 53.000 emplois, la fonction publique 25.000 et le secteur des services aux entreprises 24.000.

La vigueur du marché du travail est cruciale pour la croissance américaine car c'est elle qui permet de maintenir le dynamisme de la consommation, alors même que le secteur immobilier est en crise.Ce rapport devrait attirer l'attention de la banque centrale qui se réunit mercredi pour réexaminer le niveau de son principal taux directeur, actuellement fixé à 5,25%.Si elle craint un affaiblissement de la croissance, cela pourrait rapprocher les perspectives d'une baisse des taux en cours d'année.

D'autant que du côté de l'inflation, le rapport note une petite amélioration.Le salaire horaire moyen a progressé de 4 cents en avril à 17,25 dollars, ce qui représente une hausse de 0,2% sur un mois, inférieure aux attentes des analystes qui tablaient sur +0,3%.La hausse a atteint 3,7% sur un an, après un pic de +4,3% en décembre dernier. C'est aussi la progression la plus faible depuis mars 2006.La durée hebdomadaire de travail est passée à 33,8 heures contre 33,9 le mois précédent.

Photo Belga

Publicité
Publicité

Echo Connect