Washington réaffirme sa confiance dans les institutions turques

(afp) Les Etats-Unis ont minimisé lundi les risques d'intervention de l'armée en Turquie pour empêcher le parti gouvernemental, issu de la mouvance islamiste, de prendre le contrôle de la présidence du pays.

"Nous avons confiance dans la démocratie turque", a déclaré le porte-parole du département d'Etat, Sean McCormack.

L'armée turque a lancé vendredi soir, en pleine élection présidentielle, un fort avertissement contre toute remise en cause du principe de laïcité en vigueur dans le pays, accusant le gouvernement, issu de la mouvance islamiste, d'inaction face au développement d'activités islamistes.

Un premier vote au parlement n'a pas permis de désigner un vainqueur à l'élection présidentielle malgré la présence d'un candidat unique, le ministre des Affaires étrangères Abdullah Gül, qui est, comme de nombreux membres du parti au pouvoir de la Justice et du Développement (AKP), un ancien islamiste.

McCormack a refusé de commenter l'élection présidentielle elle-même, mais il s'est déclaré persuadé que l'armée turque, proche alliée des Etats-Unis et membre de l'Otan, saurait rester en dehors de la crise politique.

"Nous avons confiance dans la capacité des institutions et du processus démocratiques de la Turquie à résoudre les problèmes qui pourraient être liés à l'élection du prochain président turc", a déclaré le porte-parole.

Il a également salué le bilan de Abdullah Gül à la tête de la diplomatie turque, malgré les récentes tensions bilatérales dues à la poursuite des activités en Turquie des séparatistes kurdes opérant depuis des bases dans le nord de l'Irak.

"Nous avons une très bonne relation de travail avec lui", a-t-il déclaré.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect