20% de hausse sur les Bourses d'ici fin 2010?

©Photo News

ING mise sur une hausse de 20% des Bourses européennes d'ici à la fin de cette année. La forte croissance des bénéfices attendue par la banque n’est pas encore répercutée dans les cours...

Valorisations attractives, structure financière très saine des entreprises, politique monétaire appelée à rester souple pendant encore quelques temps, forte croissance des bénéfices… autant de facteurs qui plaident en faveur d’une forte hausse des Bourses, selon ING. La banque qui a à son tour fait part à la presse de ses perspectives boursières et économiques mise globalement sur une hausse de 20% des actions d’ici à la fin de l’année. " Les valorisations en Europe en termes de rapport cours/bénéfices ont chuté de 19% cette année, soit un déclin particulièrement fort, similaire à la chute observée pendant la crise des subprimes, l’éclatement de la bulle internet, le krach de 1987 et la crise de l’énergie dans les années septante ", note Patrick Moonen, stratégiste chez ING Investment Management.

Les valorisations actuelles en Europe sont nettement inférieures à la moyenne à long terme et anticipent une baisse des bénéfices des entreprises. La forte croissance des bénéfices attendue par ING n’a donc pas encore été répercutée dans les cours boursiers. Le gestionnaire d’actifs mise sur une croissance de 37% des bénéfices au niveau mondial cette année, suivie par une hausse de 20% en 2011.

Mais la crise de la dette souveraine et les craintes d’un ralentissement brutal de la croissance en Chine éclipsent tous ces facteurs positifs. " Les investisseurs restent très prudents et l’aversion au risque est très importante comme l’attestent la volatilité sur les marchés d’actions et les retraits élevés des fonds d’actions, souligne Patric Moonen. Ce sentiment négatif des investisseurs s’explique davantage par les incertitudes entourant les risques relatifs à la crise de la dette et à un atterrissage brutal de l’économie chinoise que par les risques eux-mêmes. Soit la Grèce arrive à faire face à ses dettes, soit elle n’y arrive pas : l’impact sur le marché est noir ou blanc et les investisseurs n’osent pas prendre de position tranchée. "

 

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect