A l'approche d'un sommet, le Bel20 s'est essoufflé

©Photo News

Le Bel 20 a longtemps évolué autour des 2.710 points, en voie d'atteindre son plus haut niveau depuis mi-avril. Si l'indice dépassait les 2.715 points à la clôture, il aurait alors atteint son plus haut niveau depuis le 3 octobre 2008, le vendredi qui précéda le démantèlement de l'ex-Fortis. Mais les reculs de 7 de ses composants ont freiné son ascension.

A l'origine de l'optimisme des investisseurs ce lundi, l'accord intervenu entre les pays du G20 destiné à réduire les déséquilibres commerciaux et éviter une guerre des monnaies. Les grands argentiers mondiaux ont notamment convenu de limiter les déséquilibres de leurs comptes courants et de s'abstenir de dévaluer leurs devises, afin de soutenir la croissance mondiale. Un accord ambitieux mais sans la moindre limite chiffrée.

En effet, les marchés financiers attendaient que le G20 adopte une position forte concernant leur politique monétaire avant le sommet des 11 et 12 novembre à Séoul. "Le G20 a fait un pas dans la bonne direction afin d'apaiser les tensions, a relevé Morgan Stanley. Cela étant dit, le communiqué dans son ensemble est lourd d'ambition mais léger en termes d'action immédiate, de la sorte, la réaction du marché ne sera pas importante",avait-il prédit.

Dans ce contexte, le DJ Stoxx 600 a pris 0,25 % à 267,42 points, grâce aux performances conjointes du compartiment des matières premières (+2,41 %), des valeurs automobiles (+1,66 %) et des biens de consommation (1,40 %).

A Francfort, le Dax a progressé de 0,51 % à 6.639,21 points. A Amsterdam, l'AEX a bonifié de 0,43 % à 342,53 points. A Londres, le Footsie s'est apprécié de 0,18 % à 5.751,98 points. A Paris, le CAC 40 a grappillé 0,04 % à 3.870,00 points.

A Bruxelles, le Bel 20 s'est avancé de 0,26 % à 2.698,64,23 points. L'indice bruxellois était bien orienté pour atteindre son plus haut niveau depuis le 15 avril 2010, au moment où les craintes de contagion de la crise de la dette souveraine grecque commençaient à occuper l'esprit des investisseurs.

Et s'il avait continé sur sa lancée, en dépassant les 2.715 points, l'indice phare de la Bourse de Bruxelles aurait atteint son plus haut niveau depuis le 3 octobre 2008. Ce vendredi-là, le Bel 20 avait clôturé à 2.757 points, à la veille de l'annonce du démantèlement de l'ex-Fortis. Mais la décote, notamment, de Bekaert (-0,64 % à 225,55 euros) et de Dexia (-0,58 % à 3,23 euros) en ont voulu autrement.

A la clôture européenne, la Bourse de New York maintenait sa tendance haussière, confortée par l'engagement des pays du G20 à éviter une course aux dévaluations, bien qu'aucune intervention concrète pour y parvenir n'ait été décidée. Le Nasdaq affichait 0,78 % à 2.498 points; DJIA 0,67 % à 11.207 points et S&P-500 0,77 % à 1.190 points. A la faveur de la hausse également, les ventes de logements anciens ont augmenté en septembre à un rythme plus de deux fois supérieur à celui qu'on attendait aux Etats-Unis, a annoncé lundi l'Association nationale des agents immobiliers (NAR), dont les chiffres suggèrent une stabilisation du marché immobilier aux Etats-Unis.

Par ailleurs, les investisseurs devraient à nouveau se concentrer sur la Réserve fédérale américaine, qui se réunit la semaine prochaine, et la prise d'éventuelles mesures de soutien à l'économie américaine.

Sur le marché des changes, le dollar a chuté ce lundi à moins de 80,50 yen, enregistrant un nouveau plus bas face à la monnaie japonaise depuis avril 1995, sur fond de perspectives de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire aux Etats-Unis. La devise américaine s'est encore affaiblie face à l'euro. Un euro valait 1,4033 dollar vers 11h, contre 1,3949 dollar vendredi soir.


Statistiques


Zone euro

  • Les commandes industrielles dans la zone euro ont augmenté de 5,3% en août sur un mois, après une baisse le mois précédent, a indiqué l'office européen des statistiques Eurostat. Elles avaient reculé de 1,8% en juillet, après deux mois de hausse.

USA

  • Les ventes de logements ont bondi de 10,0% par rapport à août à 4,53 millions d'unités en rythme annualisé. Les reventes d'août ont été révisées en légère baisse à 4,12 millions d'unités contre 4,13 millions annoncées précédemment.  Il y avait environ 4,04 millions d'habitations en vente à la fin du mois dernier. Il faudrait environ 10,7 mois pour apurer ce stock au rythme actuel des ventes.


Valeurs à suivre


  • Ackermans & Van Haaren (+1,09 % à 62,10 euros)
    BNP Paribas Exane a débuté le suivi de l'action avec une recommandation à "surperformer" et un objectif de cours de 73 euros.

  • Telenet (-0,23 % à 26,42 euros)
    ABN AMRO a augmenté son objectif de cours à 26,50 euros, contre 25,00 euros avant. La recommandation a, elle, été revue à la baisse, à "conserver" contre "acheter".

  • Dexia (-0,58 % à 3,23 euros)
    Le CEO de la banque franco-belge Pierre Mariani a déclaré au quotidien "Les Echos" que Dexia avait entamé le processus de vente de sa filiale slovaque. Il n'a pas nommé de candidats acquéreurs. Il a également indiqué que l'accord en cours de négociation avec la Banque Postale, afin de faciliter ses opérations de refinancement, porterait sur 3 à 4 milliards d'euros par an.


  • CFE (+3,96 % à 46,68 euros)
    Exane a entamé le suivi de la valeur avec un avis à "surperformer" et un objectif de cours de 54 euros.

  • Nyrstar (+2,32 % à 11,04 euros)
    La société a déplacé ses quartiers généraux de Londres à Zurich, en Suisse. Le siège social de la société reste basé à Balen, en Belgique. Selon le quotidien Neue Zuercher Zeitung, qui a interviewé le CEO du groupe Roland Junck, le fondeur chercherait à être coté à la Bourse suisse.

  • Option (+2,08 % à 0,49 euros)
    Le spécialiste de la transmission de données sans fil a annoncé que le fabricant de smartphones Lumigon avait choisi Option pour équiper son dernier appareil, fonctionnant sous Android.

  • Movetis (= 18,96 euros)
    Offre de reprise par Shire contre 19 euros par action. Jusqu’au 2 novembre.

  • Epiq (-0,58 % à 1,72 euros)
    Réouverture de l’offre de reprise par Elex à 1,75 euro par action. Jusqu’au 5 novembre.

  • Ascencio (-0,71 % à 39,25 euros)
    Augmentation de capital avec droit de préférence au prix de 34 euros à concurrence de deux actions nouvelles pour cinq anciennes. Jusqu’au 27 octobre inclus.
  • Agfa-Gevaert (-2,74 % à 4,26 euros)
    Conformément aux statuts d'Agfa-Gevaert, le seuil à partir duquel une participation doit être divulguée a été fixé à 3%. Et conformément à la loi du 2 mai 2007 sur la divulgation des participations importantes dans des sociétés cotées, Agfa-Gevaert a déclaré qu'au 15 octobre 2010 la participation de Deutsche Bank AG dans Agfa-Gevaert s'élevait à 4.614.924 actions, soient 3,58%.

    En outre: souscription à l’augmentation de capital jusqu’au 4/11.

  • RHJ (-5,74 % à 5,42 euros)
    RHJ International a annoncé le dépôt de bilan en Allemagne de sa filiale à 51 %, Honsel AG. Dans le cadre d'une restructuration en juillet 2009, RHJI avait investi 50 millions d'euros dans le groupe Honsel mais les performances financières de Honsel sont restées sous pression et ont engendré une pénurie de liquidités.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés