L'euro en perte de vitesse face au dollar

©Bloomberg

Alors qu'il avait bénéficié d'un regain d'enthousiasme des investisseurs après la publication de chiffres meilleurs qu'att endus sur l'emploi américain vendredi, l'euro perdait à nouveau du terrain, pâtissant de craintes avivées sur le niveau d'endettement réel des établissements financiers européens.

L'euro creusait mardi ses pertes face au dollar, dans un marché toujours inquiet de l'endettement des banques et des Etats européens.

Vers 14h, l'euro valait 1,2745 dollar contre 1,2876 dollar à la clôture lundi soir. L'euro a touché un plus bas face au dollar à 1,2736 dollar en matinée.

Alors qu'il avait bénéficié d'un regain d'enthousiasme des investisseurs après la publication de chiffres meilleurs qu'att endus sur l'emploi américain vendredi, l'euro perdait à nouveau du terrain, pâtissant de craintes avivées sur le niveau d'endettement réel des établissements financiers européens.

Les résultats de "tests de résistance" menés par les autorités européennes et publiés en juillet montraient que tous les prêteurs européens à l'exception de sept banques pouvaient supporter une éventuelle crise financière.

Mais, selon une enquête publiée mardi par le Wall Street Journal, les tests ont sous-estimé les risques sur des dettes d'Etat potentiellement risquées, "excluant certaines obligations" ou en minimisant le montant.

"Ces tests de résistance sont l'une des raisons majeures pour lesquelles les écarts croissants entre la qualité des obligations souveraines des différents Etats au sein de la zone euro n'avait pas accentué l'affaiblissement de l'euro", rappelait Raghav Subbarao, analyste de Barclays Capital.

"Ce n'est donc pas surprenant que les doutes qui surgissent sur la validité de ces tests pèsent fortement sur la monnaie commune et les devises qui lui sont associées", à l'instar de la livre britannique, ajoutait-il, bien que cela ne devrait être qu'"un impact de court terme".

De son côté, le yen bondissait face au billet vert, après la décision de la Banque centrale du Japon (BoJ) de maintenir son taux directeur au niveau extrêmement bas de 0,1%, mais sans nouvelle mesure supplémentaire pour enrayer l'envolée du yen.

Elle avait déjà décidé une semaine auparavant, à l'issue d'une réunion d'urgence, d'offrir de nouveaux prêts exceptionnels via des opérations spéciales d'injections de fonds sur le marché interbancaire, afin d'enrayer l'envolée du yen.

"La décision de la BoJ n'est pas vraiment une surprise, et la situation reste donc inchangée depuis la réunion d'urgence de la semaine dernière, et il n'y a pas de renversement tendance pour le couple yen-dollar", commentaient les analystes de Commerzbank.

Les cambistes guettent désormais les décisions monétaires des banques centrales du Canada mercredi et de la Grande-Bretagne jeudi, ainsi que le rapport mensuel de la Banque centrale européenne attendu jeudi.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés