Le top 20 "actions" de Leleux

Umicore figure parmi les actions conseillées pa Leleux AB. Belga ©IMAGEGLOBE

La société de Bourse Leleux AB fait partager les 20 actions qu'elle trouve "incontournables". Quatre d’entre elles sont cotées sur Euronext Bruxelles.

Leleux Associated Brokers a dévoilé sa liste des 20 actions qu’elle estime incontournables pour 2013. La sélection établie en 2011 pour cette année a procuré à ceux qui l’ont suivie une plus-value moyenne de 17,4% (l’Euro Stoxx 50 a limité sa progression à 14%). Alors que la sélection précédente présentait un profil défensif, , on retrouve cette fois davantage de prises de risque. Si des valeurs défensives y prennent encore place, il reste que les cycliques font leur réapparition. "Les taux d’intérêt réels sont négatifs et ne font dès lors plus de concurrence aux actions, l’économie américaine s’améliore et celle de Chine se reprend", explique Frédéric Liefferienckx, responsable de l’analyse actions chez Leleux AB, qui ajoute que le risque systémique d’un éclatement de la zone euro s’est pour sa part considérablement amenuisé. "On peut dès lors se permettre de prendre plus de risque, tout en conservant un biais défensif", dit-il.

Le retour des valeurs financières

Le thème des marchés émergents, et en particulier celui de la Chine, a beaucoup contribué à la confection de la nouvelle liste. Près de la moitié des actions choisies sont concernées par cette thématique. C’est notamment le cas d’Adidas, Alstom, AB InBev, BMW, Pernod Ricard et St-Gobain. De même que de China Fund, un tracker qui investit directement dans les actions d’entreprises chinoises et coté à Wall Street.

Autre caractéristique, les valeurs bancaires et de l’assurance sont bien représentées, avec Bank of America, Deutsche Bank, ING et Aegon. "Ces secteurs ont conduit les Bourses à la hausse ces derniers mois. Aussi, on choisit de s’inscrire dans cette tendance", affirme de son côté l’analyste Geert Van Herck, qui co-présentait la nouvelle liste de la société de Bourse. "Mais, souligne-t-il, si l’on observe des signaux de retournement dans le secteur des banques, il n’est pas exclu qu’on le couvre"(avec d'autres produits financiers, NDLR).

Pouvant donner l’impression d’investir à contre-courant, la liste comprend deux valeurs auxquelles le marché ne prête plus guère attention depuis quelque temps déjà : RWE et Nokia.

La première pourrait se redresser dans les prochains mois, alors que la société active dans les services aux collectivités locales (utilities) a procédé au nettoyage de ses activités et de son bilan. Après avoir supprimé son dividende, RWE pourrait bien prochainement le reprendre, estime Liefferinckx. Le groupe finlandais Nokia va mal. "Mais il semble avoir pris le taureau par les cornes", dit l’analyste, ajoutant qu’"Apple s’est trompé avec l’iPhone 5. Samsung a pris le relais, et Nokia devrait suivre".

Quatre actions belges

Quant aux valeurs belges, défensives pour une majorité d’entre elles, elles sont au nombre de 4, contre 5 en 2012. Il s’agit d’AB InBev, Belgacom (comme en 2012), Cofinimmo et Umicore.

"On revient sur le titre AB InBev, commente Frédéric Liefferinckx, pour une série de raisons: pour sa basse valorisation (P/E de 13), son rendement attendu de 3% et le sentiment que le management arrivera encore à réduire le niveau élevé de l’endettement du groupe.".

Concernant Belgacom, "le titre est un important pourvoyeur de dividendes de la liste. Cela fait des années que Belgacom paie des dividendes élevés et cela ne devrait pas changer à court terme".

Pour sa part, "Cofinimmo, qui cote sous sa valeur comptable (0,86), a répondu aux attentes sur le plan du dividende. Le gestionnaire immobilier augmente en outre son exposition aux maisons de repos et à l’immobilier de services", justifie Geert Herck.

Le choix d’Umicore tient au fait que "l’avertissement sur les résultats émis il y a quelques mois par le groupe a été suivi de chiffres en fin de compte beaucoup moins décevants qu’on ne l’avait craint. Ses fondamentaux de long terme restent intacts. De plus, on a, au niveau de son cours de Bourse, une très belle orientation technique", fait remarquer Liefferinckx.

Enfin, on notera la présence d’un ETF sur l’or, Gold US. "Parce que les mesures prises banques centrales pour relancer les économies, sont porteuses de risques inflationnistes dans les années à venir", conclut le responsable de l’analyse actions chez Leleux AB.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés