Publicité
Publicité

Les actions chères ne sont pas celles que l’on croit…

L’écart entre les ratios cours/bénéfices attendus des actions les plus chères et les moins chères s’est très fortement atténué. Du coup, le stratégiste en chef d’UBS sur le marché américain estime que le rapport risque/return devrait être plus favorable aux titres offrant une prime de valorisation.