"On n'a jamais accordé autant de crédits hypothécaires"

Records en série sur le marché hypothécaire, et pour l'achat de logements en particulier.

Si l’on exclut les refinancements, 15% de crédits hypothécaires en plus ont été accordés au troisième trimestre de 2009, pour un montant en hausse de 13,6%.

Touché par la crise, le marché hypothécaire belge avait nettement fléchi à la fin de 2008 et au début de 2009. Cet accès de faiblesse a rapidement été surmonté et la production hypothécaire (l’octroi de nouveaux crédits) caracole aujourd’hui à son plus haut niveau. "Si l’on considère la situation des dix dernières années, on constate que jamais encore auparavant il n’avait été accordé autant de crédits hypothécaires", note dans un communiqué l’Union Professionnelle du Crédit (UPC), qui couvre 90 % de la production en Belgique. L’encours total de crédit hypothécaire avoisine actuellement les 159 milliards d’euros.

Boom de la construction

Au troisième trimestre de cette année, 69.636 crédits hypothécaires ont été octroyés, soit une hausse de 15 % en nombre et de près de 14 % en montants par rapport à la même période de l’an dernier. Cette croissance s’explique notamment par le succès des crédits à la construction qui ont enregistré un record au troisième trimestre avec 8.758 prêts accordés, soit une hausse de 14 % sur un an. La réduction temporaire de la TVA à 6 % sur la construction a visiblement accéléré la souscription de ce type de prêts.

Dans le même esprit, la bonification d’intérêt de 1,5 % pour les emprunts destinés à économiser l’énergie a soutenu la demande de crédits pour rénovation (+18 % au troisième trimestre).

Dexia, qui a enregistré une hausse de 25 % de sa production hypothécaire sur les dix premiers mois de cette année, impute l’essentiel de sa croissance au succès des crédits pour rénovation. En termes de montants, ceux-ci ont progressé de 34 % entre juin et octobre, par rapport aux cinq premiers mois de l’année.

"Le nombre d’emprunts pour l’achat d’un logement atteint lui aussi des niveaux inégalés, poursuit l’UPC. Près de 40 % des crédits ont été contractés en vue de l’achat d’un logement". Le montant moyen d’un crédit pour l’achat d’un logement s’est stabilisé à 129.000 euros environ, au même niveau que celui du trimestre précédent. Au troisième trimestre, le nombre de crédits destinés au financement d’un achat immobilier a progressé de 17 % par rapport à la même période de l’année passée.

La forte baisse des taux hypothécaires a incité les candidats à l’achat à passer à l’acte. En moyenne, le taux fixe à 20 ans est passé de plus de 4,7 % en janvier à 3,9 % en septembre.

Refinancements en hausse

Cette forte baisse des tarifs a incité les emprunteurs à renégocier les conditions de leur crédit. Les refinancements externes, soit les prêts hypothécaires accordés pour financer le rachat d’emprunts souscrits dans d’autres institutions bancaires, ont bondi de 6 % au troisième trimestre par rapport au trimestre précédent. BNP Paribas Fortis a tiré l’essentiel de la croissance de sa production hypothécaire des refinancements, tant internes qu’externes. Même tendance chez ING où les refinancements externes ont fortement augmenté depuis le mois d’août et pèsent 70 % de l’ensemble des crédits hypothécaires destinés à un refinancement.

La forte baisse des taux fixes cette année a fortement réduit l’écart avec le taux variable. "Cet écart s’élève actuellement à environ 1 %, note l’UPC. Au cours du troisième trimestre, la tendance qui se dessinait au trimestre précédent s’est confirmée: de plus en plus de crédits sont à nouveau conclus à un taux d’intérêt fixe. C’est désormais le cas pour un crédit sur deux."

Moins d’un crédit sur trois est encore conclu à un taux variable annuellement, ce qui représente une baisse de 10 % par rapport au trimestre précédent.

Les perspectives pour le marché hypothécaire restent au beau fixe. En octobre, l’UPC a constaté une hausse de 14 % de la production par rapport au même mois de 2009.

 

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés