Transactions: L'investisseur particulier bientôt connecté à Chi-X et consorts?

Peter Randall

Equiduct propose de faire le lien entre toutes les plateformes de transactions européennes. Avec comme objectif de permettre à l’investisseur particulier d’obtenir le meilleur prix pour son ordre.

Du changement est en vue pour l’investisseur particulier. En 2011, Equiduct prévoit d’annoncer un partenariat avec l’un des plus gros courtiers en Belgique. Peter Randall, le patron de cette plateforme de transactions un peu particulière, nous a confirmé cette information avec un grand sourire jusqu’aux oreilles. Mais il n’a pas voulu dévoiler le nom. Equiduct est née des cendres de l’Easdaq, ce marché dédié aux valeurs technologiques qui n’a pas résisté à l’éclatement de la bulle Internet. Avec l’appui de Börse Berlin et du hedge fund Citadel Investments, elle s’est maintenant reconvertie en une plateforme de transactions qui propose à ses membres d’être reliés à toutes les Bourses et plateformes de transactions européennes. Elle cible les courtiers opérant auprès des investisseurs particuliers en Europe. Avec une préférence pour ceux reliés jusqu’à présent à Euronext.

Avec l’introduction de la directive MiFID en 2007, le paysage des transactions européen s’est morcelé entre 22 Bourses et 27 MTF, des plateformes alternatives de transactions dont la plus importante s’appelle Chi-X Europe. La directive a imposé le critère de meilleure exécution. Ceci signifie que l’investisseur particulier doit pouvoir bénéficier du meilleur prix pour sa transaction.

Tous reliés aux marchés réglementés

Dans la pratique, cette directive signifie que les courtiers doivent être connectés à toutes les plateformes de transactions et Bourses pour permettre l’obtention de ce meilleur prix. Mais actuellement, ce n’est pas le cas. En Belgique, les ordres de Bourse des particuliers sont encore majoritairement exécutés sur les Bourses. Un ordre d’achat du titre Dexia par exemple sera envoyé sur Euronext Bruxelles. Il ne sera jamais exécuté sur Chi-X ou sur les autres plateformes. Seul KBC Bolero le permet, parce que les ordres sont dirigés sur Equiduct, à condition que l’investisseur demande la meilleure exécution. "Pour être reliés à toutes les Bourses et plateformes alternatives, un courtier doit disposer d’un smart order router (un système qui dirige les ordres vers la place offrant le meilleur prix), mais celui-ci demande des investissements et doit sans cesse être ajusté en fonction des données de marché, qui sont elles aussi coûteuses", explique Peter Randall. Ceci explique pourquoi les courtiers des investisseurs particuliers s’abstiennent. "Il y a encore trop de courtiers retail qui ne sont connectés qu’aux Bourses, et ceci n’est pas assez pour offrir la meilleure exécution des ordres", ajoute-t-il. Equiduct s’est d’ailleurs livré à un petit calcul: depuis janvier, 11,8% de la valeur traitée sur les places européennes a manqué le meilleur prix. Ceci représente un coût d’opportunité pour l’investisseur de 108 millions d’euros au total, selon ses chiffres.

La solution Equiduct

Equiduct propose aux courtiers, par une simple connexion, d’être relié aux Bourses telles que NYSE Euronext, le London Stock Exchange, Deutsche Börse, mais aussi Chi-X, BATS et Turquoise. "Ceci veut dire que lorsqu’à l’instant T, Chi-X propose le meilleur prix sur le titre Dexia par exemple, l’ordre sera envoyé vers Chi-X. La présence d’un teneur de marché sur Equiduct va permettre de garantir ce meilleur prix, souligne Randall. Par exemple, je veux acheter 1.250 actions Dexia. Sur Euronext Bruxelles, je peux en acheter 1.000 à 3,286 euros et 250 à 3,287. Sur Chi-X, je peux en acheter 1.250 à 3,285 euros. Si mon ordre est envoyé sur Euronext Bruxelles, je vais payer 1.250 fois 3,28685 euros. Si c’est sur Chi-X, je paierai 1.250 fois 3,285 euros. Je vais donc faire une économie de quelques euros sur cette transaction."

Selon lui, ce système permettrait une amélioration des prix de 1 jusqu’à 20 euros par ordre. "En moyenne, cette amélioration se chiffre entre 1 et 5 euros. En sachant que les coûts de transaction du courtier représentent 4 à 5 euros, ceci vous apporte une réduction sur le coût total de votre ordre", ajoute-t-il.

Peter Randall relève en outre qu’être relié à plusieurs Bourses et plateformes permet d’éviter les pannes de marché. Comme lors du 13 octobre, lorsque les marchés au comptant européens de NYSE Euronext se sont interrompus entre 15h42 et 16h20. "Nos membres ont pu continuer à traiter leurs ordres durant cette interruption", commente Randall.

Une plateforme qui s’impose

Equiduct commence par ailleurs à prendre de l’ampleur. Ce qui explique pourquoi Peter Randall nous a reçu triomphalement dans son bureau de la City. Après un mois d’octobre où le montant des transactions a atteint 820 millions d’euros, la plateforme espère toucher le milliard d’euros d’ici la fin du mois. En juillet, elle ne traitait encore que 92,98 millions d’euros. L’arrivée d’Instinet comme membre a joué un rôle déterminant dans cette progression. Rappelons que Randall a travaillé pour Instinet, avant de prendre la direction de Chi-X Europe jusqu’en 2009. Equiduct a également réussi à attirer depuis juillet des courtiers "clé" français. La plateforme espère également grossir ses rangs avec les courtiers belges, italiens, allemands et hollandais. "Mais ce sont les courtiers des marchés d’Euronext qui montrent le plus d’intérêt" souligne Randall. Simmy Grewal, analyste chez Aite Group, relève qu’Equiduct est unique dans son segment. Ceci peut l’aider. L

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés