Wall Street n'a pas réussi à revigorer l'Europe

Les marchés européens ont terminé en baisse pour la troisième séance consécutive. Les bancaires ont été particulièrement affectées par le retour des craintes sur les dettes souveraines en Europe. Et la bonne tenue de Wall Street n'a pas suffi à rassurer les investisseurs européens.

Les Bourses européennes ont terminé en baisse pour la troisième séance consécutive. Les investisseurs ont à nouveau cédé aux craintes entourant les dettes souveraines européennes. Le ralentissement de la reprise économique de part et d'autre de l'Atlantique, que certains indicateurs ont encore confirmé aujourd'hui, laissent penser que les Etats auront des difficultés à implémenter des mesures de restriction budgétaire, ce qui augmente le risque de restructuration de la dette souveraine, notamment dans les pays dits "périphériques". Les banques sont les premières affectées dans un tel scénario. C'est pourquoi elles ont perdu environ 2% aujourd'hui.

A la clôture, le DJ Stoxx 600 était à l'équilibre. Au niveau national, le CAC 40 perdait 0,65%, l'AEX 0,46%, le DAX 0,4% et le Footsie 0,09%.

A Bruxelles, le BEL 20 a abandonné 0,2% à 2.570 points. Au sein de l'indice, Mobistar (+1,5%) et AB InBev (+1,55%) ont enregistré les meilleures progressions, bénéficiant de recommandations positives de la part de certains analystes.  

Solvay a lâché 0,97 après l'annonce de son plan Horizon qui verra 800 suppressions de emplois, dont au moins 150 en Belgique. Cela représente une économie de 65 millions d'euros. Les investisseurs sont sans doute restés sur leur faim, alors que le groupe avait annoncé des économies de 120 millions d'euros. Les 55 millions restants présentent encore certaines zones d'ombre.

De son côté, le titre D'Ieteren (-0,4%) a repris sa cotation à 16h45. Il avait été suspendu dans l'attente d'un communiqué, tombé après 16h. La société d'investissement Cobepa a vendu 212 500 actions du groupe de services automobiles à 385 euros par titre, soit une prime de 3,8%, à des investisseurs institutionnels.


STATISTIQUES


EUROPE

La croissance de l'activité des services et de l'industrie manufacturière dans la zone euro a ralenti plus qu'anticipé en septembre mais l'optimisme des chefs d'entreprise pour les mois à venir s'est renforcé, selon les premières estimations des enquêtes mensuelles Markit auprès des directeurs d'achats.

L'indice PMI "flash" des services a reculé à 53,6 contre 55,9 en août, revenant à son plus bas niveau depuis février, mais en dessous du consensus des estimations des économistes et analystes qui le donnait à 55,5.

L'indice PMI "flash" manufacturier a reculé à 53,6 contre 55,1 en août et 54,5 attendu. Et le sous-indice des nouvelles commandes est revenu au plus bas depuis un an, tombant de 55,3 à 52,8. Point positif, l'indice des anticipations à un an dans les services, le secteur le plus important de la zone euro, a progressé d'un point à 68,1, au plus haut depuis avril.


ETATS-UNIS

Les inscriptions au chômage ont grimpé de façon inattendue aux Etats-Unis avec le dépôt de 465.000 demandes d'allocations du 12 au 18 septembre, selon des chiffres officiels publiés jeudi à Washington. Soit une augmentation de 2,65 % par rapport au 453.000 inscriptions la semaine passée.

L'indice composite des indicateurs économiques avancés aux Etats-Unis, publié jeudi par l'institut Conference Board, a progressé en août plus que ne le prévoyaient les analystes, de 0,3%.

Les ventes de logements anciens aux Etats-Unis ont fortement rebondi en août après leur point bas de juillet mais restent très faibles, a indiqué jeudi l'Association nationale des agents immobiliers américaine (NAR). La NAR a estimé le volume du marché à 4,13 millions de transactions en rythme annuel, soit 7,6% de plus que le mois précédent (en données corrigées des variations saisonnières).


VALEURS

- D'Ieteren va reprendre sa cotation à 16h45. Il avait été suspendu dans l'attente d'un communiqué, tombé après 16h. La société d'investissement Cobepa a vendu 212 500 actions du groupe de services automobiles à 385 euros par titre, soit une prime de 3,8%, à des investisseurs institutionnels.

- Solvay: le groupe de chimie a annoncé ce jeudi une importante réorganisation interne visant à préparer une acquisition de taille, attendue pour la fin de cette année. La direction a sous-entendu la suppressions de 800 postes dans le monde pour atteindre 65 millions d’euros d’économies annuelles.

- Mobistar : les analystes de Barclays Capital ont débuté le suivi de l’opérateur télécom avec une recommandation à "surpondérer". L’objectif de cours est fixé à 52,5 euros.

- AB InBev : les analystes de Crédit Agricole ont entamé le suivi du brasseur AB InBev avec un avis à "outperform", l’équivalent de "accumuler". Ils ont retenu un objectif de cours de 64 dollars pour le titre coté à Wall Street, soit 47,9 euros pour l’action échangée sur Euronext Bruxelles.

- Aedifica: la société lancera une augmentation de capital à partir de ce jeudi, et ce jusqu'au 14 octobre, pour une somme maximale de 67 millions d'euros. La Banque Degroof a supsendu ses recommandations et clôturé son objectif de cours à 42,45 euros.

- CFE: après la dernière réorientation de projet, le consortium Noriant, dans lequel CFE participe à hauteur de 25% du budget (2,3 milliards d'euros), demanderait une compensation pour les coûts d'étude encourus.

- OncoMethylome Sciences: la biotech a signé un accord avec GlaxoSmithKline relatif à l'utilisation de sa plate-forme dans le cadre du programme de développement d'immunothérapie biologique.

- Epiq: réouverture de l’offre par Elex à 1,75 euro par action. Jusqu’au 1er octobre.

- Movetis: offre de reprise par Shire à 9 euros par action. Jusqu’au 27.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés