Après un moment d'insouciance, les Bourses européennes replongent

Troisième séance consécutive teintée de rouge vif sur tous les fronts. La journée s'est déroulée comme un long aller retour d'un yo-yo, partant timidement vers le haut, pour ensuite se rappeler brusquement les lois de la gravité? Quelques statistiques US indigestes ont coupé l'appétit des investisseurs et réduit à néant les modestes gains enregistrés en matinée.

Le Dax cède 1,12%, l'AEX 1,06%, le Cac 40 1,05%, et le Footsie 0,90%.

Bouygues. Si le titre a été dopé en séance par un bénéfice net 2006 supérieur aux attentes, la morosité générale du marché a néanmoins fini par avoir raison de cet optimisme (-1,39% à 51,97 euros).

EADS a perdu plus que les gains de la veille, passant de 25,91 euros à 24,62 euros (soit -4,98%) , au lendemain d'un plan de restructuration d'Airbus, alors que les analystes de la Société Générale ont relevé leur objectif de cours.

L'action Générale de Santé bondissait encore de 1,83% jeudi matin, soutenue par un quintuplement de son bénéfice net et l'annonce de la poursuite d'une politique de développement ambitieuse. Pour 2007, le groupe ambitionne de dégager une croissance interne de 5%. Mais c'était sans compter des prises de bénéfice de fin de journée: le titre termine en repli de 0,32%.

Publicis continue de profiter de ses résultats 2006 supérieurs aux attentes et salués par Lehman Brothers, qui est passé à "surpondérer" sur le titre contre "neutre" auparavant (+1,36%% à 34,34 euros).

Lufthansa. La compagnie aérienne avance de 1,02% à 20,70 euros, profitant d'un relèvement de recommandation par BNP Paribas. Selon la presse allemande, sa filiale à bas coûts Germanwings veut marcher sur les plates-bandes d'easyJet avec l'ouverture d'une nouvelle base à Dortmund. à noter aussi des relèvements de recommandation pour les compagnies low-cost Ryanair (-0,52%) et easyJet (-0,08%), sans l' effet escompté.

Deutsche Telekom perd 3,61% à 13,78 euros. Le géant des télécommunications a publié des résultats inférieurs aux attentes pour le 4e trimestre, dus à de lourdes charges exceptionnelles liées à son vaste plan de suppressions d'emploi.

La deuxième banque britannique, Royal Bank of Scotland (RBoS), engrange 2,99% à 2.069 pence après avoir annoncé une hausse de 14% de son bénéfice net l'an dernier et un dividende en progression de 25%.

(c) TNL (tél: +32 2 4231769; fax: 32 2 4231610)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés