Bel20: Option à la fête, Icos déguste

Journée chargée aujourd'hui sur Euronext Bruxelles, les opérateurs ont dû compter avec une importante salve de résultats d'entreprises hier, essentiellement hors Bel20. En ligne de mire notamment, deux valeurs du secteur de la technologie : Option International et Icos Vision Systems, toutes les deux impactées, mais en sens radicalement opposé, par l'évolution de leurs marges brut.

(tnl) L'indice Bel20 a progressé de 1,65% à 3784,16 points grâce à la nette progression de Suez (+3,21%). Le titre a été l'objet de nouvelles spéculations quant à l'évolution de la fusion avec GDF. Sur les 19 valeurs composant l'indice, trois valeurs ont fini en baisse et 16 en hausse. La progression des valeurs financières expliquent également la bonne tenue du Bel20. KBC a gagné 2,25%, Dexia 1,81% et Fortis 1,50%.

Solvay qui publie ses résultats trimestriels demain matin avant l'ouverture de la bourse a pour sa part gagné 2,24% à 93,75 euros.

UCB a rétrogradé de 1,75% à 45 euros sur des prises de bénéfice. Le groupe de biopharmacie a fait état ce matin avant l'ouverture de la Bourse de résultats supérieurs aux attentes grâce notamment au Xyzal, au Cimzia et à la bonne performance des ventes de Zyrtec aux Etats-Unis. L'entreprise a également confirmé ses prévisions de résultats pour l'ensemble de l'année. L'action n'a cependant pas fortement réagit aux résultats indique Pradour. L'action a en effet bien progressé depuis un mois compte tenu d'une série de bonnes nouvelles. En outre, le marché estime qu'à 45 euros l'action est correctement valorisée.

Option International s'est envolé de 4,74% à 18,80 euros. Le spécialiste des cartes de télécommunications sans fils pour le transfert de données a publié un chiffre d'affaires trimestriels en hausse de 74% à 13,4 millions d'euros là où les analystes attendaient 10,7 millions d'euros. L'ebit a progressé de 64% à 16,9 millions d'euros. Option a confirmé ses prévisions d'une progression d'au moins 75% de son chiffre d'affaires cette année. Mais plus encore c'est l'évolution des marges brutes d'Option qui a plu au marché. Pour la première fois depuis 2004, les marges brutes d'Option International montre une inflexion favorable indique Pradour, ce qui dope le cours. En outre, Option International a relevé ses prévisions de marges opérationnelles pour l'ensemble de l'année de 14 à 15% jusqu'à 17%. A l'inverse, Icos Vision a dévissé de 13,99% à 25,20 euros. Si le bénéfice net du fabricant d'appareillage de contrôle pour la fabrication de semi-conducteurs est ressorti à 7,1 millions d'euros, supérieur aux attentes, les perspectives en terme de chiffres d'affaires sont quant à elles sont plutôt sombres. Pour le troisième trimestre, l'entreprise s'attend à un recul de son chiffre d'affaires de 20 à 30%, compte tenu de conditions de marché difficile. En outre, les prévisions ici en termes de marges brutes sont inquiétantes indique Pradour. Deceuninck a lâché 2,12% à 20,81 euros. Le fabricant de profilés intervenant dans la construction de châssis a annoncé ce matin une perte nette de 9,8 millions d'euros. Même si les analystes attendaient une perte, ils ne l'anticipaient pas d'une telle ampleur. En outre, Deceuninck a fait état de prévisions prudentes pour l'ensemble de l'année. KBC Securities a revu son objectif de cours sur la valeur à 25 euros contre 27 euros avant. Le conseil reste à " accumuler ". Le repli limité de l'action s'explique par le fait que les investisseurs à long terme reste investi en Deceuninck tandis que les investisseurs à court terme se sont déjà délestés en grande partie de leurs titres à l'occasion du " sale warning " de Deceuninck il y a dix jours déclare Pradour. Global Graphics s'est délesté de 5% à 9,68 euros. La société active dans le développement de solutions performantes pour la gestion de documents électroniques et l'impression numérique annonce pour le deuxième trimestre 2006 un chiffre d'affaires consolidé de 4 millions d'euros contre 5,2 millions d'euros au deuxième trimestre 2005, soit un repli de 22,4% à taux de change courants. "Les fluctuations de la parité de change euro/dollar ont pesé sur la valorisation en euros du chiffre d'affaires et des résultats consolidés", souligne le groupe. Au sujet des perspectives pour l'exercice en cours, James Freidah a déclaré: "le chiffre d'affaires que nous serons en mesure de dégager au titre de l'exercice 2006 sera inférieur au chiffre de 20 millions d'euros que nous avions annoncé voici six mois".

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés