Calme sur le marché obligataire, les achats de la BCE continuent à peser

Le marché obligataire était peu animé mercredi et enregistrait une stabilisation des taux des échéances longues, tandis que les pays périphériques de la zone euro bénéficiaient des rachats de la Banque centrale européenne (BCE) sur les échéances plus courtes.

(AFP) Par ailleurs, le marché a salué l'émission obligataire du Portugal à 10 ans pour un montant d'un milliard d'euros, réalisée dans des conditions favorables selon des stratégistes.
Le succès de l'opération n'a cependant pas réveillé le marché qui restait calme en début d'après-midi.
A 12H45 (10H45 GMT), le rendement de l'obligation grecque à 10 ans se détendait à 7,301% contre 7,338% mardi soir à 18H00, signe de stabilisation après les mouvements brutaux de lundi qui avaient vu le taux passer de plus de 12,171% à 6,717%.
Le différentiel ("spread") avec le Bund allemand à 10 ans, considéré comme la référence européenne, se situait à 436 points de base (4,36 points de pourcentage), proche de son niveau de la veille au soir (440).
Les taux longs des autres pays récemment mis sous pression par les marchés se stabilisaient également, à l'image du Portugal (4,524% contre 4,519% la veille) et de l'Espagne (3,901% contre 3,932%).
Les mêmes pays connaissaient, en revanche, des variations plus sensibles sur les taux à 2 ans. Le Portugal voyait son rendement se détendre à 2,099% contre 2,227% la veille et l'Espagne passait à 1,866% contre 1,999% mardi soir.
Quant à la Grèce, son taux de même échéance reculait à 6,817% contre 6,985% la veille.
"La Banque centrale européenne (BCE) est toujours sur le marché en train d'acheter" des titres, a estimé Peter Chatwell, stratégiste obligataire chez Crédit Agricole CIB.
"Comme le marché est toujours calme, ces achats se voient d'autant plus", a-t-il ajouté.
Le marché a, par ailleurs, été favorablement impressionné par les mesures annoncées par l'Espagne mercredi matin.
Le gouvernement socialiste espagnol a annoncé mercredi une baisse de 5% en moyenne des salaires des fonctionnaires à partir de juin 2010 et un gel en 2011.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés