Publicité

Citi renoue avec les bénéfices, les marchés applaudissent

©Photo News

Citigroup qui affiche à nouveau des comptes dans le vert et durant deux mois consécutifs, cela ne pouvait pas passer inaperçu : Plus 5,8% à 6.926,49 points pour le Dow Jones, une hausse de 7% à 1.358,28points pour le Nasdaq et enfin une avancée de 6,4% à 719,60 points pour l'indice élargi S&P 500. L'enthousiasme était largement de mise à Wall Street mardi soir.

Bruxelles (L'Echo) - La couleur avait été annoncée bien avant l'ouverture des marchés new-yorkais mardi : Citigroup qui affiche à nouveau des comptes dans le vert et durant deux mois consécutifs, cela ne pouvait pas passer inaperçu. Mais il n'empêche, le rebond affiché par Wall Street à la clôture est impressionnant.

Plus 5,8% à 6.926,49 points pour le Dow Jones,  une hausse de 7% à 1.358,28points pour le Nasdaq et enfin une avancée de 6,4% à 719,60points pour l'indice élargi S&P 500.   

Un vent d'optimisme d'autant renforcé par les propos du secrétaire au Trésor américain,  Timothy Geithner qui a déclaré que  "les Etats-Unis ont plus agi face à la crise économique dans ces dernières semaines que ce qu'ont fait d'autres pays pendant des années". Les valeurs financières ont aussi profité  du possible renforcement aux Etats-Unis des règles encadrant les ventes à découvert, qui consistent à spéculer sur la baisse d'un titre.

Sur les places du Vieux Continent, à la clôture, Le CAC 40 bondissait de 5,73% à 2.663,68 points, le DAX de 5,28% à 3.715,23 points, l'AEX de 5,62% à 210,44 points et le Footsie de 4,88% à 3.715,23 points. Le DJ Stoxx 50 avançait de 5,44% à 1.702,53 points. Le Bel 20 grimpait de 4,09% à 1.616,51 points.

La crise financière et économique continue pourtant à diviser gouvernants et économistes, les plus optimistes prévoyant une embellie dès la fin 2009, les plus sombres envisageant une décennie perdue à la japonaise. Ainsi, Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale européenne, fait le pari d'une "reprise" en 2010, arguant de l'"engagement des gouvernements" à empêcher la faillite de banques systémiques, et soulignant l'impact "positif" des plans de relance et du repli du prix des matières premières. A l'opposé, Dominique Strauss-Kahn, patron du FMI, souligne que la reprise ne viendra début 2010 qu'à la condition que "l'assainissement du secteur financier" soit achevé.

VALEURS EN VUE A WALL STREET

Le compartiment bancaire était donc largement en tête des progressions quotidiennes.  Citi, à l'origine de cet enthousiasme après qu'une note interne de son CEO annonçant une amélioration significative de la santé de l'établissement, a pris 38,1% à 1,45 dollars tandis que Bank of America s'est adjugé 27,8% à  4,79dollars. Toujours au sein du Dow Jones, JP Morgan  a grimpé de 22,6% à 19,50 dollars. £

L'actualité ne manquait cependant pas  dans les autres secteurs d'activité. Dans les assurances d'abord. Selon le New York Times, American International Group (+10,8% à 3,5 dollars) pourrait bien introduire en Bourse sa filiale d'assurance vie, Alico ou la vendre au plus offrant.  Le quotidien cite comme potentiels repreneurs le français Axa et l'américain MetLife (+22,4% à 15,27  dollars).

Par ailleurs, le laboratoire pharmaceutique Merck (+5,8% à 22,20dollars) qui a lancé lundi une OPA (Offre Publique d'Achat) sur son concurrent Schering-Plough  (+4,72% à 21,08 dollars) ne serait déjà  plus seul dans la course.  Johnson&Johnson (+2,36% à 47,70 dollars) pourrait en effet, selon les analystes de Wachovia, annoncer une contre OPA en proposant 10% de plus que le prix offert par Merck. On a également appris que le différend qui opposait Dow Chemical (+7,9% à 6,83 dollars) à Rohm and Hass avait été résolu.  Les deux groupes sont en effet parvenus à la conclusion d'un accord sur le rachat de Rohm and Hass.  Selon Dow, son rapprochement avec Rohm and Hass permettra de dégager 1,3 milliard de dollars de synergies. 
 

VALEURS EN VUE en EUROPE

DEUTSCHE BANK +16,46% à 22,50 euros
BNP PARIBAS +20,72% à 26,65 euros
UNICREDIT +11,19% à 0,82 euro
ING +16,28% à 2,96 euros

Les valeurs bancaires rythmaient la reprise des marchés. La banque américaine Citigroup, qui avait enregistré de lourdes pertes en 2008, a été de nouveau bénéficiaire en janvier et février, selon son PDG Vikram Pandit.

GDF SUEZ +3,55% à 25,64 euros
L'Etat français a annoncé qu'il percevra le dividende exceptionnel de 0,80 euro par action versé pour 2009 sous forme d'actions, plutôt qu'en numéraire. L'Etat, qui possède 35,66% de GDF Suez, souhaite de la sorte conserver son statut d'actionnaire de référence. 

E.ON -4,35% à 19,34 euros
Le numéro un allemand de l'énergie EON a publié mardi des bénéfices en hausse pour 2008, mais a revu en baisse ses prévisions et ses projets d'investissement à cause de la crise, ce qui lui valait de dégringoler en Bourse.
Le groupe a dégagé en 2008 un bénéfice net ajusté en hausse de 9% à 5,6 milliards d'euros, qui sert de base aux prévisions du marché et au versement du dividende, selon un communiqué.

EADS +2,75% à 10,48 euros
A l'occasion de la publication de ses résultats annuels, mardi matin, le groupe aéronautique a estimé qu'il était "en bonne position pour affronter la crise" malgré "un niveau de visibilité mitigé" pour 2009. En 2008, EADS a dégagé un bénéfice net de 1,572 milliard d'euros, après une perte nette de 446 millions d'euros en 2007. Le groupe, qui a largement dépassé ses prévisions pour l'année, a réalisé un chiffre d'affaires en hausse de 11% à 43,2 milliards d'euros en 2008.

THOMSON -16,93% à 0,47 euro
Le groupe français de technologies pour les médias a publié mardi une perte nette de 1,93 milliard d'euros en 2008, contre -23 millions d'euros en 2007, lié à 1,6 milliard d'euros de dépréciations d'actifs et de charges de restructuration.
Le chiffre d'affaires annuel, déjà annoncé, recule de 12,6% à 4,8 milliards d'euros, en ligne avec les attentes prévues par Fortis (4,857 milliards d'euros).

Amandine.Cloot@lecho.be

 

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés