Publicité

Dexia et KBC bondissent à Bruxelles

©BELGA

Le compartiment financier était particulièrement bien orienté mardi et nos bancaires nationales ne faisaient pas exception : KBC a grimpé de plus de 15% et Dexia de quasi 10%. L'enthousiasme autour de Fortis holding (+6,9%)s’est par contre bien moins manifesté que la veille.

Bruxelles (L'Echo) - Sur des marchés déprimés comme à l'heure actuelle, la moindre bonne nouvelle est acclamée par une vague d'achats. C'était le cas mardi. Les investisseurs se sont en effet réjouis de la note interne  envoyée par courriel aux salariés de Citigroup, rédigée par son CEO, stipulant que la banque américaine était à nouveau bénéficiaire depuis deux mois.

Le compartiment financier était donc particulièrement bien orienté et nos bancaires nationales ne faisaient pas exception : KBC a grimpé de plus de 15% et Dexia de quasi 10%. L'enthousiasme autour de Fortis holding (+6,9%)s’est par contre bien moins manifesté que la veille.

Dans les autres secteurs, les performances enregistrées sont bonnes également : AB Inbev a progressé de 3,65%, Belgacom de 2,8% ou encore Umicore de 7,45%.

Au final, le Bel 20 a quant à lui grimpé de 4,09% à 1.616,51 points.

VALEURS EN VUE CE MARDI

  • Si la séance était joyeuse, les analystes eux ne cessent de revoir leurs modèles à la baisse, reflet d'un contexte économique toujours tendu pour les grosses et petites entreprises. Ainsi, ING a abaissé son objectif de cours sur le titre du promoteur immobilier Atenor (+1,77% à 37,45 euros) à 32 euros contre 50 auparavant. L'objectif de cours de l'entreprise pharmaceutique Omega Pharma (+1,4% à 20,27 euros) a lui aussi été revu au rabais par ING, passant de 28 à 24 euros. Chez KBC Securities, c'est l'objectif de cours du groupe technologique EVS (+0,48% à 23,18 euros) qui a été diminué de 34 à 30 euros.
  • Selon Vikram Pandit, directeur général de Citigroup, l'établissement américain  connaît pour le moment son  meilleur trimestre depuis le troisième trimestre 2007. Le  produit net bancaire des deux premiers mois de l'année peut être évalué à 19 milliards de dollars. Il avait été de 21 milliards au premier trimestre 2008. La nouvelle a fait l'effet d'une bombe sur les marchés. Le bancassureur flamand KBC a progressé de 15,27% à 7,55 euros tandis que la banque franco-belge Dexia a pris 9,87% à 1,26 euro.
  • Fortis Holding (+6,9% à 1,24 euro) était bien moins recherchée que lundi. Il suffit de se pencher sur les volumes échangés dans la journée : 28 millions de titres contre 56 millions lors de la séance précédente. Quant aux dernières nouvelles du dossier, De Mey a rencontré comme prévu l’assureur Ping An. "Pendant la rencontre, j'ai expliqué l'accord et répondu aux questions", a déclaré le président du conseil d'administration.
  • Quant à la position de l’assureur sur le nouveau deal,  "ils n'ont pas encore pris position. Ils doivent d'abord mener à terme le processus interne et feront ensuite connaître leur psoition finale", selon De Mey.
  • Toujours au rayon finance, les résultats du holding Bois sauvage (+2,86% à 144 euros), annoncé après Bourse lundi, n'ont pas vraiment fait réagir le titre (125 actions échangées). Il faut que la mobilité autour de la valeur est d'ordinaire déjà très réduite. Le holding  a pourtant connu, l'an dernier, le pire exercice de son histoire, clôturant 2008 sur une perte abyssale de 182 millions d'euros !
  • Hors indice encore, on notera les mauvais résultats de Spector (+1,85% à 0,55 euro). La perte nette du groupe spécialisé dans la photographie analogique et numérique s'établit à 7,75 millions d'euros en 2008. Cela représente une chute de 565,4% par rapport à l'année précédente.  La division retail a été particulièrement touchée par la dégradation du climat économique. Le groupe ne proposera pas de dividende au titre de 2008.  Dans le même secteur, l’ex-valeur du Bel 20,  Agfa-Gevaert (+7,64% à 1,55 euro) ne se porte pas au mieux également. La direction de l’entreprise d’imagerie table sur une réduction de travail sur base volontaire. "Nous voulons épargner 3% pour stabiliser les coûts salariaux", a expliqué le porte-parole Johan Jacobs.
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés