Euronext Bruxelles réduit à peau de chagrin

L’ avenir s’assombrit pour les PME cotées. Si rien ne change pour elles, il y a de fortes chances d’assister, de leur part, à une désertion totale de la Bourse. Fabrice Demarigny, ancien secrétaire général du Comité des régulateurs européens de valeurs mobilières (CESR), craint qu’à long terme les marchés réglementés ne concentrent plus que les «blue chips», les valeurs les plus rentables à négocier.