L'euro touche un plus bas à 1,2522 dollar

L'euro s'installait sous 1,26 dollar jeudi, dans un regain d'inquiétude sur la santé économique et budgétaire de la zone euro. Une explosion en Grèce à accéléré le recul de l'euro.

(afp) - L'euro s'installait sous 1,26 dollar jeudi, dans un regain d'inquiétude sur la santé économique et budgétaire de la zone euro, alors que les cambistes semblaient peu convaincus par les explications de la Banque centrale européenne (BCE) sur son programme de rachat d'obligations.

Vers 22h45 à Bruxelles, l'euro valait 1,2520 dollar contre 1,2614 dollar mercredi soir. C'est son plus bas niveau depuis le 5 mars 2009, journée au cours de laquelle la monnaie unique européenne s'était échangée sous le seuil de 1,25 dollar.

L'euro a accéléré ses pertes après l'annonce d'une explosion due à un "engin" devant la prison de haute sécurité de Korydallos à l'ouest d'Athènes.

Le pays est en proie à des manifestations massives hostiles aux mesures d'austérité décidées par le gouvernement pour lutter contre la crise budgétaire et répondre aux conditions imposées pour recevoir l'aide internationale.

"Le dollar marque une progression généralisée
" face aux monnaies jugées plus risquées comme l'euro et la livre sterling, a observé Stuart Bennett, analyste chez Crédit Agricole CIB.

Malgré le plan de sauvetage annoncé par l'Union européenne (UE), et qui prévoit jusqu'à 750 milliards d'euros pour aider les pays de la zone euro, et les efforts annoncés par l'Espagne, le Portugal et la Grèce pour réduire leurs déficits, le sujet restait sensible auprès des cambistes.

"Cela ne change pas le fait que la réduction des dépenses gouvernementales va avoir un impact négatif sur les PIB", et que beaucoup s'interrogent encore sur la santé du système bancaire européen, a expliqué Jessica Hoversen, de MF Global.

De plus, la crédibilité de la Banque centrale a été sérieusement entamée par sa décision, à contre-courant de ses précédentes positions, de procéder à des achats sur les marchés obligataires publics et privés, espérant faire barrage aux attaques spéculatives en zone euro et faciliter un retour à la normale des taux obligataires.

"Dans les faits, cela va dévaluer l'euro, et par conséquent, les effets (de ce programme) devraient continuer à (peser sur la monnaie unique) dans les semaines à venir"
, a estimé Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Et ce malgré les commentaires de la BCE, qui a répété jeudi que ses mesures exceptionnelles sont "essentielles" pour réduire les tensions sur les marchés en zone euro.

Ainsi, pour de nombreux analystes, le plan d'aide de l'UE risque de peser fortement sur la reprise, repoussant à une date lointaine la perspective d'un relèvement des taux européens, alors que la banque centrale américaine, la Fed, pourrait prochainement entamer un processus de resserrement de sa politique monétaire.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés