Publicité

L'Europe a tenu bon malgré le chômage US

Les marchés d'actions européens ont finalement clôturé la dernière séance de la semaine dans le vert. Après une ouverture positive, les Bourses du Vieux Continent avaient pourtant connu un petit accès de faiblesse après la publication des chiffres du chômage américain moins bons qu’attendus.

Bruxelles (L'Echo) - Les marchés d'actions européens ont finalement clôturé la dernière séance de la semaine dans le vert. Après une ouverture positive, les Bourses du Vieux Continent avaient pourtant connu un petit accès de faiblesse après la publication des chiffres du chômage américain moins bons qu’attendus.

Mais l’ouverture haussière de Wall Street a dissipé cette morosité. Il est vrai que les marchés US avaient largement anticipé cette nouvelle et ont donc finalement  apprécié des chiffres “mauvais” et non “calamiteux”.
Les investisseurs ont donc vendu sur la rumeur et acheté sur l'information, ce qui a permis aux places européennes de garder le cap. En clôture, l’Euro Stoxx 50 a gagné 2,38%, Paris 2,42% à  3469,12 points, Amsterdam 1,96% à 265,72 points, Francfort 2,59% à 4938,46 points et Londres 2,69% à 4387,14 points.

Du côté des valeurs, Lafarge a perdu du terrain  sur Euronext Paris, après avoir annoncé qu'il n'était "pas en mesure de confirmer" ses objectifs pour 2010 "compte tenu du degré exceptionnel d'incertitude actuel".
"Face aux conséquences économiques de la crise financière", la priorité "à court terme" de Lafarge, qui n'est plus en mesure "de confirmer (ses) objectifs 2010", consiste à se "mobiliser sur la génération de cash flow libre, les réductions de coûts et le désendettement", a indiqué le PDG Bruno Lafont.
Le titre a lâché 2,9% à 46,50 euros, après avoir davantage piqué du nez en cours de séance.



VALEURS A SUIVRE

 

Sodexo  a vu  son titre grimper à la Bourse de Paris de 3,59% à 36,97 euros , après  avoir enregistré un bénéfice annuel  meilleur qu'attendu par les analystes. Le groupe français de restauration collective a enregistré un bénéfice net annuel de 376 millions d'euros en 2007/2008, soit une progression de 8,4% par rapport à l'exercice précédent.
Ces résultats sont meilleurs qu'attendu par les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires qui tablaient en moyenne sur une hausse du résultat net de 3,2%.


British Airways, qui affiche actuellement une valorisation très attractive, était la vedette de la matinée à la Bourse de Londres, après des résultats marqués par une perte nette, mais un relèvement de la perspective de hausse du chiffre d'affaires cette année, à "au moins 4%" après une prévision initiale de 3%. Le groupe a aussi annoncé mettre 40 millions de livres de côté en prévision de futurs licenciements éventuels.
L’action a fini en hausse de 11,88% à 146 pence.


Munich Re s'en est bien  sortie à la Bourse de Francfort (+ 6,86% à 102,97 euros) , malgré un plongeon de ses résultats trimestriels et alors qu'il a reconnu  qu'il n'atteindrait pas son objectif d'un bénéfice net supérieur à 2 milliards d'euros. Mais il a malgré tout promis de verser un dividende de 5,50 euros par action au titre de 2008, comme en 2007, une nouvelle bien reçue par le marché.

 A-S. B.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés