L'Europe rebondit, SABMiller titube

Bruxelles (L'Echo) - Les marchés européens ont clôturé dans le vert ce jeudi, pour la première fois de la semaine, dans le sillage de Wall Street. Les valeurs bancaires ont rebondi, grâce, entre autres, à de nouvelles rumeurs de consolidation dans le secteur en Allemagne.

Les opérateurs ont été également stimulés par l'offre d'Inbev sur Anheuser-Busch, à 28 milliards d'euros. Les valeurs Heineken (+2,04%) et Carlsberg (+4,44%) ont progressé, tandis que le titre SABMiller (-3,07%) a, lui, nettement reculé.

A la clôture, le CAC 40 prenait 0,24% à 4.672,30 points, le DAX 0,97% à 6.714,52 points, l'AEX 0,61% à 459,11 points et le Footsie 1,17% à 5.790,50 points.

Sur le front des statistiques, les investisseurs ont été bien inspirés par la bonne impression laissée par les prix à l'importation aux Etats-Unis, dont la hausse a été légèrement moins forte que prévu (+2,3% en mai par rapport à avril), et par les ventes de détail, en plus forte progression que prévu (+1,2% hors automobile).

Quant à la production industrielle en zone euro, elle a augmenté en avril de 0,9% comparé au mois précédent, selon des données corrigées des variations saisonnières publiées jeudi par l'Office européen des statistiques Eurostat. Sur un an, la production industrielle a progressé de 3,9%.


VALEURS:

SABMILLER -3,07% à 1.200 pence
Le brasseur britannique, un temps pressenti pour être racheté par InBev, a réagi à l'offre de ce dernier sur Anheuser-Busch. "Nous ne pensons pas que cela modifiera le paysage concurrentiel de manière spectaculaire vu la taille réduite de la présence d'Anheuser-Busch hors des Etats-Unis", a déclaré un porte-parole du brasseur britannique.  Après l'annonce de l'offre, le titre de SABMiller a amorcé un recul en Bourse. "L'action SABMiller recule parce que des rumeurs faisaient état d'un éventuel rapprochement entre InBev et SABMiller, mais cela n'est plus au programme", estime un analyste.

COMMERZBANK +6,34% à 19,97 euros
ALLIANZ +1,54% à 112,68 euros

Selon la presse, les discussions en vue d'une éventuelle fusion entre la deuxième banque privée allemande Commerzbank et la Dresdner Bank (Allianz) sont devenues un peu plus concrètes. Un scénario qui abonde dans le sens d'une fusion à trois avec la Postbank qui pourrait être cédée cette année par son premier actionnaire Deutsche Post. Deutsche Bank est également intéressée.

EON -1,10% à 128,97 euros
GDF -2,46% à 42,09 euros

Gaz de France et E.ON ont reçu chacun une "lettre des griefs" de la Commission européenne relative à des présomptions de concertation avec l'allemand EON pour restreindre la concurrence sur leurs marchés nationaux, concernant en particulier des livraisons de gaz. Le numéro un allemand EON a rejeté ces présomptions et se veut "optimiste" quant à l'issue de la procédure. Les soupçons porteraient notamment sur les livraisons de gaz naturel via le gazoduc MEGAL.

VALLOUREC +3,69% à 208 euros
Le titre Vallourec a bénéficié d' une note favorable des analystes de CA Cheuvreux, qui ont intégré le leader mondial des tubes en acier sans soudure à leur "sélection nationale" de valeurs. CA Cheuvreux, qui s'attendait auparavant à une "surperformance" de Vallourec, a relevé son objectif de cours de 235 à 255 euros, valorisant désormais la nouvelle usine brésilienne du groupe français à 28,50 euros par titre.

VINCI +1,35% à 42,88 euros
Le Crédit Mutuel-CIC a réitéré sa bonne opinion sur le groupe de BTP et de concessions, partagée par de nombreux analystes. Vinci a été fortement attaqué en Bourse ces derniers temps sur la foi d'analyses quantitatives défavorables.


Vincent Georis
vincent.georis@lecho.be
(C) - L'Echo

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés