Le Bel 20 se rétracte en fin de séance, Inbev (+9,58%) et Option (+10,36%)s'envolent

  • L'inflation continue d'augmenter en Belgique. En février, l'indice des prix a augmenté de 3,64 % par rapport à l'année précédente, selon les statistiques du Service public fédéral Economie, publiées jeudi. En janvier, l'inflation avait augmenté de 3,46%, un niveau record en 16 ans. L'indice pivot n'a pas été dépassé.Sur base annuelle, l'inflation a augmenté en février de 0,72%, soit plus que la hausse observée en janvier (0,41%).Les plus fortes hausses proviennent notamment de l'électricité, du gaz, des fruits frais, du pain, des céréales et des voyages à l'étranger.

  • Les demandes hebdomadaires d'allocations chômage ont augmenté de 19.000 à 373.000 aux Etats-Unis au cours de la semaine close le 23 février, par rapport à la précédente, a annoncé jeudi le département du Travail. C'est un niveau supérieur aux attentes des analystes qui tablaient sur 350.000 inscriptions au chômage. En moyenne sur quatre semaines, les inscriptions au chômage ont diminué de 1.250 à 361.750 demandes

  • La croissance de l'économie américaine s'est établie à 0,6% (en rythme annuel) au quatrième trimestre 2007, a indiqué jeudi le département du Commerce, qui a laissé inchangée sa précédente estimation. Les analystes tablaient sur une légère révision à +0,8%. La croissance est ainsi revenue à son niveau du premier trimestre, qui était le plus faible depuis la fin 2002.Au troisième trimestre, le Produit intérieur brut (PIB) avait augmenté de 4,9%.L'indice mesurant les prix liés aux dépenses de consommation (PCE) a bondi de 4,1% (au lieu de 3,9%), et l'indice PCE de base (hors alimentation et énergie) a augmenté de 2,7%, comme dans la première estimation.
  • Le taux de chômage a encore baissé en Allemagne au mois de février, aidé à la fois par la bonne santé des entreprises et un hiver doux, selon des chiffres diffusés jeudi par l'Agence pour l'emploi. En février, le taux de chômage brut, qui fait référence dans le débat public, est descendu à 8,6% après 8,7% le mois d'avant. Au total, 3,617 millions de personnes étaient à la recherche d'un emploi, soit 42.000 de moins que le mois d'avant.
  • Le géant brassicole Inbev a réalisé au cours de son exercice 2007, le 3e depuis la fusion entre Interbrew et AmBev, une croissance de ses volumes de bières de 4,7% à 229,98 millions d'hl.  Au cours du quatrième trimestre, les volumes brassicoles ont enregistré une croissance interne de 4,3%. InBev indique que malgré certaines augmentations des coûts des produits de base, les coûts des ventes (CdV) sur l'ensemble de 2007 n'étaient supérieurs à ceux de 2006 que de 2%, soit en deçà du taux d'inflation moyen de ses zones géographiques.
  • En conséquence, l'EBITDA normalisé a augmenté de 16,5% en 2007 à 4,99 millions d'euros, engendrant une marge d'EBITDA de 34,6%, soit une croissance interne de 274 points de base. La croissance de l'EBITDA normalisé au cours du quatrième trimestre a été de 23,9%, et la marge d'EBITDA a atteint 37,8%, ce qui représente une croissance interne de la marge de 482 points de base. Le bénéfice normalisé attribuable aux porteurs de capitaux propres s'élève à 1 863 millions d'euros, en hausse de 22,4% par rapport à 2006.
  • Les analystes tablaient sur un bénéfice net de 1,79 milliard d'euros, contre 1,41 milliard d'euros un an auparavant. Le chiffre d'affaires était attendu en hausse de 9% à 14,5 milliard d'euros. Il s'est établi à 14,43 milliards.
  • Le conseil d'administration d'InBev propose de payer un dividende de 2,44 euros par action (l'an dernier: 0,72 euro par action).
  • Option, le spécialiste louvaniste des communications sans fil, a publié, comme prévu, les plus mauvais résultats annuel et trimestriel de son histoire.  Des corrections importantes ont en effet été effectuées dans les comptes de la société et ont largement amputé ses bénéfices.
  • En ce qui concerne les différentes corrections, la plus considérable est due à une dépréciation des stocks de 7,6 millions d'euros. La valeur des stocks fin 2007 s'établit en conséquence à 39,2 millions d'euros. Le groupe a déjà pris les choses en mains en lançant fin janvier un plan d'action destiné à abaisser le niveau actuel. On notera également une dépréciation des créances commerciales de l'entreprise de 3,3 millions d'euros et enfin 6 millions de frais judiciaires, de droits de propriété intellectuelle et divers coûts.
  • Le résultat opérationnel 2007 (EBIT) dégringole littéralement à 2,5 millions contre 42,1 millions d'euros en 2006. Pour le seul quatrième trimestre, il s'agit plutôt d'une perte opérationnelle de 14,4 millions d'euros. Sur la même période un an plus tôt, l'entreprise avait enregistré un EBIT positif de 7,1 millions d'euros.
  • Le bénéfice net 2007 diminue également fortement s'établissant à 6,4 millions d'euros contre 35,3 millions un an plus tôt (-14,7%).  Le bénéfice par action pour l'ensemble de l'exercice annuel est donc de 0,16 euro (0,86 euro). Pour le dernier trimestre 2007, pas de bénéfice, mais une perte nette de 8,5 millions d'euros, ou encore de 0,21 euro par titre (+ 6,4 millions d'euros ou +0,16 euro par action en 2006).
  • Les activités du groupe bancaire néerlandais ABN Amro reprises par le groupe de bancassurance belgo-néerlandais Fortis ont dégagé en 2007 un bénéfice net de 1,4 milliard d'euro, en baisse de 29% par rapport à l'année précédente, a annoncé Fortis jeudi.
  • Le groupe de bancassurance Fortis a cédé à Santander les activités brésiliennes de gestion d'actifs qu'il avait acquises dans le cadre de l'offre de reprise en consortium (Fortis, RBS et Santander) d'ABN AMRO.
  • "Fortis conservera les équipes d'investissement en actions (hors Brésil) et certaines équipes de vente aux institutionnels liées aux fonds distribués par les canaux d'ABN/Fortis en Amérique latine", a indiqué le groupe belgo-néerlandais.
  • Cette transaction, dont le montant s'élève à environ 209 millions d'euros, "devrait être finalisée au deuxième trimestre 2008 sous réserve des conditions de clôture habituelles et des approbations des autorités de contrôle", a précisé Fortis.
  • Les actionnaires de Distrigaz peuvent se réjouir, car ils empocheront cette année un dividende net de 188,52 euros par action pour l'exercice 2007, soit une progression de 34% par rapport à 2006. Une belle plus-value, qui fera monter les enchères entre les repreneurs potentiels du gazier, dont la vente a été imposée à sa maison mère Suez par la Commission européenne pour répondre au problème de concurrence posé par la fusion avec Gaz de France.
  • Distrigaz a dégagé en 2007 un bénéfice net de 294,1 millions d'euros contre 261,5 millions avant, soit une hausse de 12,5%. Le résultat opérationnel courant (Ebit) a crû de 8,6% à 438,7 millions d'euros. "Ce sont d'excellents résultats, malgré la libéralisation du marché, des températures élevées, une haute compétitivité et la volatilité des prix du pétrole et du gaz", a déclaré ce jeudi le CEO du groupe Erwyn Van Bruysel, lors d'une conférence de presse.
  • Chiffre d'affaires, résultat opérationnel, résultat net et carnet de commandes ont sensiblement progressé chez CFE au cours de l'exercice 2007. A telle enseigne que le groupe de construction envisage de distribuer un dividende brut par action en hausse de 50% à 1,2 euro contre 0,8 euros en 2006.
  • CFE a réalisé en 2007 un chiffre d'affaires consolidé de 1.468 millions d'euros contre 1.164 millions d'euros un an avant, soit une progression de 26%. Les analystes tablaient en moyenne sur un chiffre d'affaires de 1.324,2 millions d'euros pour l'ensemble du groupe.
  • Le résultat opérationnel global s'établit quant à lui à 99 millions d'euros contre 65,9 millions d'euuros en 2006, soit une croissance de 50%. Le résultat net part du groupe est de 62,4 millions d'euros (4,77 euros par action) à fin 2007 contre 40,7 millions d'euros (3,11 euros) à fin 2006, soit un bond de 53%. Les analystes attendaient ici 70,55 millions d'euros.
  • KBC Securities a relevé son opinion sur la valeur à "acheter" contre "accumuler" avant. L'objectif de cours reste à 80 euros.
  • Cela bouge pas mal ces derniers jours au niveau de la structure de l'actionnariat d'Umicore. Hier, le groupe bancaire suisse UBS annonçait avoir acquis un bon million de titres Umicore faisant passer sa participation de 1,7% à 5,79%. Cela en faisait, de facto, le premier actionnaire du groupe belge spécialisé dans la technologie des matériaux.
  • Aujourd'hui, c'est Umicore qui signale avoir renforcé sa présence au sein de son propre capital. Depuis le 26 février, il détient 1.306.719 actions propres, soit 5,23%, contre 1.064.419 titres (4,26%) précédemment. Une différence d'un pour cent donc qui laisse toujours la place de premier actionnaire à UBS. Le holding Bois Sauvage et la Banque Degroof, agissant de concert, détiennent pour leur part 3,46% d'Umicore.
  • Le 14 février dernier, Umicore a publié ses résultats annuels. Son bénéfice opérationnel récurrent (REBIT) s'est élevé 359,1 millions d'euros, en hausse de 9,1% et son  bénéfice net consolidé (part de groupe, activités continuées) a atteint 225,7 millions (+3,4%). Le groupe, qui divisera son action par cinq à la fin de ce mois, envisage de distribuer un dividende unitaire brut de 3,25 euros.
  • Galapagos a sélectioné un médicament préclinique potentiel pour le traitement des métastases osseuses et des artrites rhumatoïdes.
  • Le gestionnaire du réseau gazier belge Fluxys, une filiale de Suez, a dégagé en 2007 un bénéfice net de 81,82 millions d'euros, alors que les 3 principaux analystes qui suivent la société, qui travaillent respectivement pour KBC, Fortis et Degroof, tablaient en moyenne sur un profit annuel de 78,4 millions d'euros (+0,6%).
  • Les ventes du groupe, en grande partie régulées par l'Etat belge, ont atteint 433,04 millions d'euros. Et son résultat opérationnel (Ebit) s'est élevé à 117,62 millions d'euros.
  • Le consensus du marché se situait à 432 millions d'euros (+1%) pour le chiffre d'affaires, à 178,3 millions d'euros (+4,5%) pour l'Ebitda et à 114,41 millions d'euros (+2,5%) pour l'Ebit.
  • L'entreprise Biotech, Ablynx, publie des premiers résultats annuels en tant qu'entreprise cotée sur Euronext Bruxelles, parfaitement en ligne avec les prévisions et globalement en hausse.
  • Son chiffre d'affaires pour l'exercice 2007 grimpe littéralement au regard de 2006 (+150%). Il s'établit en effet à 9,9 millions d'euros contre 4 millions un an auparavant. Cette hausse significative est en grande partie due à l'augmentation des revenus R&D résultant de différentes collaborations (Novartis, Wyeth et Boerhringer).
  • La forte position en cash de l'entreprise à la fin de l'exercice annuel, résultant de l'augmentation de capital lors de l'introduction en Bourse (IPO), est de 126,5 millions d'euros.
  • Le perte nette diminue par contre en 2007 à 12,5 millions d'euros pour 13,2 millions un an plus tôt. La perte par action est de 0,49 euro. Même si Ablynx n'était pas encore entrée sur Euronext, en 2006, la perte par action aurait été de 0,76 euro.
  • Pour 2008, les perspectives du groupe sont également encourageantes, notamment en ce qui concerne la développement de la molécule ALX-0081 dont les premiers essais cliniques ont déjà débuté. Précisons qu'Ablynx qui n'a pas encore de produit en circulation sur le marché, espère conclure 2008 sur une autorisation de lancement de l'ALX-0081.
  • La nette progression des prix de l'huile de palme a dopé le résultat de la société agro-industrielle cotée Sipef. Celle-ci a ainsi vu son résultat opérationnel plus que doubler au cours de son exercice 2007 tout comme d'ailleurs son résultat net. Sipef proposera un dividende brut de 8 euros par action lors de son assemblée générale du 11 juin.
  • Le résultat opérationnel avant application de la norme IAS 41 s'est inscrit à 62,1 millions de dollars contre 31 millions de dollars au titre de l'exercice précédent.
  • Le résultat net part du groupe avant application de la norme IAS 41 se monte à 41,27 millions de dollars contre 19,99 millions de dollars un an avant, soit une augmentation de 106,4%.
  • Par ailleurs, Sipef a indiqué qu'il continuera de s'étendre en Indonésie et en Papouasie alors que le management cherche activement des opportunités d'investissement en agro-industrie.
  • Pour le reste de l'année, Sipef table sur une hausse de sa production. Dès lors, si les prix de l'huile de palme et du caoutchouc restent à un niveau élevé, toutes autres choses égales par ailleurs, les résultas 2008 seront en augmentation par rapport à 2007 indique Sipef.
  • Le groupe publie ses résultats annuels après Bourse ce jeudi.
  • Le groupe publie ses résultats annuels après Bourse ce jeudi.
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés