Le Bel 20 tiré à hue et à dia par Fortis et KBC

©Photo News

Ce mardi, le secteur bancaire était plus que divisé sur le marché bruxellois. Alors que Fortis s'est classée, pour la deuxième séance consécutive, tout en bas du tableau, KBC a fait la course en tête, soutenue par une recommandation favorable d'Oddo Securities. Si Fortis a souffert, comme Dexia, des propos de Ben Bernanke qui a laissé entrevoir une possible remontée du principal taux directeur, elle a surtout fait les frais d'une recommandation, cette fois défavorable, de Merril Lynch... Tiraillé entre KBC et Fortis, le Bel 20 a donc terminé en baisse de 0,64% à 3.617,45 points.

  • Le déficit commercial s'est creusé à 60,9 milliards de dollars en avril contre 56,5 milliards en mars, les exportations, historiques, étant plus que compensées par des importations, records, notamment pétrolières, a indiqué le département du Commerce. Les analystes tablaient sur un déficit limité à 60 milliards. Le déséquilibre observé en avril est en hausse de 7,8% par rapport à mars, marquant la plus forte augmentation depuis septembre 2005.
  • La production manufacturière a augmenté en avril de 0,1% sur un mois ainsi que sur un an, et la production industrielle dans son ensemble de 0,2%, également sur un mois et sur un an, selon les données communiquées par l'Office des statistiques nationales. Ces chiffres sont légèrement supérieurs aux attentes des économistes, qui misaient sur une stabilité par rapport au mois de mars, tant de la production industrielle dans son ensemble que de la seule production manufacturière, selon une compilation réalisée par la banque Calyon.
  • La maison de courtage Oddo recommande d'acheter le titre KBC.
  • Fortis a vu sa recommandation abaissée d'"acheter" à "neutre" par la banque américaine Merrill Lynch. "Notre confiance en la situation du capital de Fortis s'est affaiblie", a déclaré Manus Costello, analyste chez Merrill Lynch.
  • Les régulateurs pourraient faire pression sur les banques pour maintenir les ratios de capital au plus haut, selon Costello, forçant la banque belgo-néerlandaise à lever des capitaux additionnels et à vendre des actifs.
  • L'analyste Albert Ploegh de ING Wholesale Banking commence le suivi de Dexia à "conserver" et fixe un objectif de cours à 16 euros.
  • Selon lui, Dexia sera affecté par les amortissements consécutifs à la crise du crédit. Pour cette raison, la valeur actuelle ne mérite pas de recommandation à "acheter". Selon l'analyste, la promesse de Dexia de réaliser d'ici 2010 une croissance du bénéfice annuel de plus de 10% ne pourra pas être atteinte. Ploegh parle plutôt de 5%.
  • L'analyste pense pourtant que la base du capital de Dexia est assez forte pour supporter la crise du crédit. "Il est possible que nous nous trouvions dans l'oeil du cyclone. Vu la prestation relativement forte de Dexia cette année, la prudence est de mise".
  • Exane BNP a de son côté réduit son objectif de cours à sous-performer contre surperformer sur la valeur.
  • Le holding a vendu cinq participations à Becap, un fonds spécialisé dans les transactions secondaires. Ces participations sont minoritaires, anciennes et non prioritaires. Cette vente a un impact "légèrement négatif" de 0,8 millions d'euros, soit une perte de 0,04 euros par action, sur la valeur des fonds propres de GIMV au 31 mars 2008, déclare GIMV. Aucun autre détail financier n'est publié.
  • Deux participations, Gealan (10%) et Wichard (32%), sont détenues directement par GIMV. Les trois autres, Margerides, GHE et Bopackparticipations, le sont par l'intermédiaire du fonds Halder IV, le quatrième fonds de GIMV, filiale de Halder. Cette vente signifie le désinvestissement complet de ce fonds.
  • Halder IV détient 20% dans Bopack, une entreprise d'étiquetage anversoise, a des filiales en Belgique, aux Pays-Bas et France, et 27% dans Les Margerides, un des plus importants producteurs mondiaux de lames de tondeuses. Quant à GHE, il s'agit du plus grand fournisseur de pièces pour des bus urbains, détenu à 29,5% par Halder IV.
  • Becap, lancé il y a plus d'un an par Piet Serrure et Paul van Houtte, est la première société d'investissement secondaire au Benelux.
  • Le groupe pharmaceutique belge et le japonais Otsuka ont conclu une série d'accords de collaboration concernant deux produits phares d'UCB au Japon. Objectif: assurer la promotion du Keppra, l'antiépileptique d'UCB, et de Cimzia, son médicament indiqué dans le traitement de la maladie de Crohn, au Japon. Otsuka co-développera les nouvelles indications.
  • Au fil du temps, ce contrat devrait rapporter à UCB 113 millions d'euros de paiements immédiats et fournir au groupe belge un financement pour le développement clinique de Keppra et Cimzia.
  • "Cette relation nous permettra d'assurer, ensemble, le lancement de Keppra et Cimzia au Japon, d'en maximiser le potentiel et d'en accélérer la mise sur le marché", a commenté Roch Doliveux, CEO d'UCB.
  • Par ailleurs, UCB s'associera à Otsuka dans le cadre de la co-promotion de l'agent antiplaquettaire Pletaal à certains clients, pendant une période limitée.
  • L'entreprise de biotechnologie OncoMethylome a signé un contrat de licence et de tests avec le laboratoire pharmaceutique allemand Merck KGaA, selon un communiqué publié ce mardi avant Bourse. Aucun détail financier n'a filtré.
  • Selon les termes du contrat, OncoMethylome mettra à disposition sa technologie pour les tests de méthylation (répression) du promoteur du gène MGMT pour le programme d'études cliniques de Merck sur le cilengitide.
  • Pour réaliser cet accord, le groupe belge a octroyé à Merck une licence mondiale non exclusive pour l'utilisation des résultats du test de méthylation du promoteur du gène MGMT mis au point par OncoMethylome visant à optimiser le traitement du gioblastome multiforme par le cilentigide.
  • Comme annoncé lundi, l'entrée de Parcom Quoted Equity en tant qu'actionnaire stratégique de référence au capital de la société technologique yproise Transics a été suivie d'une procédure accélérée de "bookbuilding" (livre d'ordres), qui a pris fin aujourd'hui.
  • Dans le processus de vente, 3.259.375 actions ont été vendues à des investisseurs institutionnels, principalement en Belgique, aux Pays-Bas, en France, en Allemagne et aux Etats-Unis. Le prix unitaire par action était de 17 euros, soit 2% de moins que le cours de clôture de lundi.
  • Carlyle et Ludwig Lemenu, l'un des fondateurs, sont entièrement sortis du capital en actions de Transics. L'autre fondateur, Walter Mastelinck, reste un actionnaire important, à hauteur de 10% du capital.
  • Conséquence de la procédure accélérée de "bookbuilding", le free float atteint aujourd'hui 74%, contre 33% avant. Parcom Quoted Equity possède 16,5% du capital.
  • La cotation du titre, qui était suspendue aujourd'hui, reprendra demain.
  • Fortis Investment Managment Belgium a augmenté sa participation dans Arseus, le spécialiste des produits et services pour le domaine médical, de 5,41 à 6,9%. C'est ce qui ressort d'une déclaration de transparence publiée après Bourse par Euronext Bruxelles. Fortis détenait, en date du 18 mars 2008, 2,15 millions de titres Arseus dans son portefeuille devenant ainsi après Omega Pharma et Couckinvest (le holding de Marc Coucke) le deuxième plus gros actionnaire du groupe.
  • Assemblée générale ordinaire
  • Cotation ex-dividende
  • La société belge spécialisée dans les applications vidéo numériques professionnelles destinées aux productions TV, a signé un contrat majeur avec Presteigne Charter pour la vente d'équipements de production TV en direct et quasi-direct, qui seront utilisés aux Jeux Olympiques par les grandes chaînes de télévision, lors de plusieurs grands tournois de tennis et d'autres grands événements sportifs.
  • Ce contrat, d'une valeur de 5 millions d'euros, inclut d'une part la vente d'équipements pour 4.3 millions d'euros et d'autre part la location d'équipements pour 0,6 million. Le matériel sera livré fin juin.
  • KBCS a abaissé son avis sur la valeur à accumuler contre acheter et porté son objectif de cours à 81 euros contre 79 euros jusqu'ici.
  • Le bâtiment Immo-Pléiades, sans locataire depuis 2001, a enfin trouvé acquéreur.
  • Selon l'émetteur des certificats immobiliers du même nom, le bancassureur KBC, une offre de rachat à 6,25 millions d'euros a en effet été formulée par un groupe d'hôtellerie bruxellois. Suspendue le vendredi 30 mai à la demande du régulateur des marchés, la CBFA, la cotation des certificats a repris lundi et comme le prévoit la loi, une option pour surenchérir court jusqu'au 13 juin inclus.
  • Si une offre supérieure est proposée, une seconde journée de vente définitive est prévue.
  • Conséquence de ce rachat opéré directement sur le bâtiment, les certificats, qui ont perdu une grosse partie de leur valeur depuis l'émission, seront liquidés. Le coupon de liquidation est estimé actuellement dans la fourchette de 60,40 euros à 63,50 euros.
  • Les résultats annuels de RV Assurance s'affichent un peu un retrait par rapport aux prévisions formulées lors de la mise en Bourse de ce courtier liégeois. RVA a enregistré au titre de 2007 un bénéfice net de 64.429 euros pour un chiffre d'affaires de 1,06 million, là où elle tablait respectivement sur 0,1 et 1,19 million d'euros.
  • " Estimé à 0,15 million d'euros, le coût de l'opération Marché libre s'est en réalité élevé à 0,2 million. Pour nous, cet écart n'a rien de négligeable. En outre, une partie des frais ont été comptabilisés en 2007, alors que nous avions à l'origine imaginé de les basculer intégralement sur 2008. Sans cela, nos profits auraient été au rendez-vous ", a affirmé Jean-François Desmaré, patron de RVA.
  • La barre des objectifs 2008 est fixée à 0,22 million d'euros pour le profit et à 2,36 millions pour les revenus.
  • Marc Coucke, actionnaire principal d'Omega Pharma, a vu sa participation dans la société pharmaceutique augmenter au delà des 30%, suite à la destruction de 2 millions d'actions propres lors d'une assemblée extraordinaire.
  • Du fait de cette destruction, le nombre d'actions existantes est tombé de 7,6% à 24,2 millions d'euros. Coucke détient désormais une participation de 30,9% dans le groupe flamand contre 28,54% auparavant.
  • Coucke a vendu une partie de sa participation pour souscrire à l'introduction en Bourse d'Arseus.
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés