Les bien mauvais conseils de Goldman Sachs

Sur les huit "top trades" 2010 conseillés par Goldman Sachs, sept se sont révélés être, pour le moment, de bien mauvaises idées. Les clients qui ont suivi les "trucs et astuces" de la banque d'investissement ont jusqu’ici perdu 14% en achetant le zloty polonais contre le yen et près de 10% en échangeant des livres sterling contre des dollars néo-zéelandais. Sans compter la chute du marché chinois...

Bruxelles (L'Echo) - Goldman Sachs n’a pas enregistré un seul jour de mauvais trading au premier trimestre 2010. En clair, chaque jour, ses opérations sur les marchés lui ont rapporté 25 millions de dollars minimum, ce qui en fait la banque d’investissement la plus rentable de Wall Street. Et à 35 occasions, ses gains de trading ont dépassé les 100 millions de dollars. 

Pour autant, Goldman Sachs est-elle bonne conseillère en matière d’investissement? En tout cas, pas cette année. L’agence Bloomberg a constaté que, sur les huit "top trades" 2010 conseillés par la banque d’investissement, sept se sont révélés être, pour le moment, de bien mauvaises idées. Les clients qui ont suivi les "trucs et astuces" de Goldman Sachs ont jusqu’ici perdu 14% en achetant le zloty polonais contre le yen et près de 10% en échangeant des livres sterling contre des dollars néo-zéelandais.

Le premier avril, Goldman Sachs a ajouté un neuvième "top trade" à sa liste : "achetez des actions chinoises à Hong Kong! Les valorisations sont faibles, la croissance économique est robuste et le risque d’une hausse des taux d’intérêt est déjà intégré dans les cours...". Sauf que depuis le premier avril, les actions chinoises ont plongé de 9,4%, la plus forte chute au niveau mondial, après la Grèce et Chypre. Et le marché chinois est désormais entré dans un bear market.

Selon un gestionnaire de fonds, ces erreurs d’appréciation "montrent que les gars de chez Goldman Sachs sont simplement humains. Personne ne peut avoir tout le temps raison",  De fait. Mais disons qu’ils ont quand-même un sacré feeling. En un an, Goldman Sachs n’a enregistré, pour son propre compte, que huit jours de trading négatif.

Isabelle Dykmans

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés