Publicité

Les Bourses européennes plombées par le ZEW

Bruxelles (L'Echo) Les places financières européennes ont évolué dans le rouge dès l'ouverture ce mardi. Le baromètre ZEW, qui s'est affiché en décrochage surprise, n'a apporté aucune lueur d'amélioration. En revanche, la tendance légèrement haussière de Wall Street a diminué quelque peu les pertes.

Le recul du baromètre ZEW, indice de confiance très suivi en Allemagne, suggère une baisse de régime dans la relance de la première économie de la zone euro sous l'impact de l'euro fort et des hausses de taux de la BCE, selon des économistes.

Le CAC40, l'indice vedette parisien a cédé 0,43% à 6.099,21 points. Londres a abandonné 0,58% à 6.659,10 points, Francfort 0,83% à 8.038,21 points, Amsterdam 0,20% à 560,79 points. Le DJ Euro Stoxx 50 pour sa part a cédé 0,41% à 3.982,61 points.

VALEURS EN VUE

ELECTROLUX +8,39% à 174,50 couronnes

Le titre du groupe d'électroménager suédois a grimpé en flèche dès l'ouverture de la Bourse de Stockholm suite à l'annonce de résultats contrastés mais supérieurs aux attentes des analystes. Contrastés, car hors éléments exceptionnels, le bénéfice net reste quasi inchangé.

EADS -1,04% à 23,87 euros

Le groupe aéronautique se replie légèrement au lendemain de l'accord sur une gouvernance simplifiée (et plus classique) du groupe européen, plaçant le Français Louis Gallois seul aux commandes et son homologue allemand Tom Enders à la tête d'Airbus. La décision emporte la faveur de la Société Générale, qui indique également que "l'épreuve décisive pour le Conseil d'administration se présenterait lorsqu'il prendra sa première décision importante".

NOVARTIS -1,36% à 65,40 euros

Le groupe pharmaceutique suisse Novartis a réalisé au premier semestre 2007 un bénéfice net de 4,2 milliards de dollars en hausse de 14% sur un an, et a confirmé ses attentes de résultat record pour l'année 2007, a-t-il annoncé mardi dans un communiqué. Le groupe suisse a également réaffirmé ses objectifs de bénéfice record pour l'ensemble de l'année, malgré la suspension aux Etats-Unis de son médicament Zelnorm contre les affections du colon.

"Le secteur pharmaceutique est de plus en plus sous pression des génériques, de la fin des brevets et des Etats qui cherchent à réduire leurs dépenses de santé", a estimé Beat Pfiffner, analyste à la Züricher Kantonalbank. "Novartis n'a pas d'autre choix que de se renforcer dans les génériques avec (sa filiale) Sandoz, de réduire ses coûts et de mettre au point d'autres médicaments à fort potentiel", a-t-il précisé.

Sandoz, la division génériques de Novartis, a vu son chiffre d'affaires progresser de 19% à 3,415 milliards de dollars, tandis que l'activité médicaments sans ordonnance a progressé de 9% à 2,643 milliards de dollars.

BARCLAYS +0,43% à 731,62 pence

Suite à la proposition de Fortis & Co de payer 93% de son OPA sur ABN Amro en cash, la banque britannique a déclaré qu'elle maintient sa propre offre, contrairement à ce qui a pu être annoncé par le FT, qui rapporte également que deux investisseurs institutionnels de poids souhaitent que Barclays se retire du dossier.

A la différence de ses concurrents, Barclays prétend se soucier de croissance. Tout en rajoutant la promesse de financer l'Université d'Amsterdam à hauteur de 20 millions d'euros si elle remporte la mise.

ORPEA +0,67% à 79,50 euros

Le groupe de maisons de retraites et cliniques a gagné du terrain mardi, plusieurs analystes ayant salué la progression de 29,3% sur un an du chiffre d'affaires du groupe au premier semestre, dopé par la forte croissance de l'activité internationale.

"Orpéa affiche avec la régularité d'un coucou suisse des croissances moyennes de plus de 25% depuis 22 trimestres consécutifs et le deuxième trimestre 2007 ne fait pas exception à la règle", ont commenté les analystes du Crédit Mutuel CIC dans une note à leurs clients.

Natixis a de son côté relevé de 7,6% son objectif de cours sur l'action Orpéa, à 85 euros, jugeant "positif" l'impact de cette publication sur le titre.

Moins enthousiaste, le courtier Raymond James a déploré le "niveau décevant" de la croissance interne du groupe au deuxième trimestre (+11%), "qui confirme un certain ralentissement après des trimestres de forte croissance".

REED ELSEVIER -2,31% à 14,36 euros

La maison d'édition américaine Houghton Mifflin, spécialisée dans l'éducation, a annoncé lundi le rachat de son concurrent Harcourt Education auprès de sa maison mère Reed Elsevier, pour 4 milliards de dollars au total, dont 3,7 milliards en cash et 0,3 milliard en actions Houghton Mifflin.

Pieter Jan Peumans

(c) L'Echo(tél: +32 2 4231769; fax: 32 2 4231610 cnd@mediafin.be)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés