Les Bourses européennes terminent en nette hausse, électrisées par EON et Frère

(l'écho) Les places européennes ont terminé la séance de jeudi en nette hausse, sous l'impulsion de Wall Street et du rebond des marchés asiatiques, et malgré une révision à la baisse de la croissance américaine.

Le secteur de l'énergie a électrisé les places européennes, suite à la montée d'Albert Frère dans l'espagnol Iberdrola, via la CNP et GBL, et l'annonce par le géant allemand EON d'un plan ambitieux de rachat d'actions d'ici la fin 2008. Deux opérations qui ont porté le DJ Stoxx 600 utilities à son niveau le plus haut depuis septembre 2000.

L'indice CAC 40 a clôturé en hausse de 1,02% à 6.104,00 points, le Footsie de 0,29% à 6.621,40 points, le Dax de 1,52% à 7.883,04 points et l'Aex de 1,01% à 540,39 points. L'indice DJ Stoxx 600 utilities a terminé en hausse de 1,90% à 53,00 euros.

VALEURS EN VUE CE JEUDI

IBERDROLA +2,12% à 42,96 euros

Le titre de l'énergéticien espagnol Iberdrola monte suite à de l'entrée au capital du financier belge Albert Frère, qui alimente des spéculations sur une opération de rapprochement franco-espagnole dans l'énergie. Depuis mercredi soir, Albert Frère, premier actionnaire du français Suez (avec 9,5%), actuellement en difficulté dans son projet de fusion avec Gaz de France, détient désormais 5% du deuxième électricien espagnol. Cette opération suit de 15 jours la montée au capital de Suez dans Gas Natural, à 11,3%, et a relancé des spéculations sur une éventuelle opération de prise de contrôle d'Iberdrola, deuxième électricien espagnol. Il s'agirait d'une opération à trois bandes, entre Suez, Gas Natural et le puissant groupe espagnol de BTP ACS, premier actionnaire d'Iberdrola, avec 11,7%. "L'entrée de M. Frère dans Iberdrola, devenant ainsi le troisième actionnaire du groupe (après ACS et la caisse basque BBK avec 7,3%) alimente sans aucun doute les spéculations sur le but de cette opération et notamment, les intérêts communs avec Suez", commentaient les analystes de Fortis jeudi matin.

EON +4,28% à 122,37 euros

L'action du numéro un allemand de l'énergie bondissait ce matin après l'annonce d'un gigantesque programme d'investissements de 60 milliards d'euros d'ici la fin 2010, assorti de généreux dividendes et rachats d'actions pour les actionnaires. Le groupe entend également procéder à un rachat d'actions de 7 milliards d'euros d'ici la fin 2008. Il veut aussi faire progresser son dividende de 10% à 20% par an en moyenne d'ici 2010.

En fin de journée, on apprenait que le conseil de surveillance de l'entreprise a décidé de reconduire Wulf Bernotat à la présidence de son directoire jusqu'en 2010. L'échec de l'OPA sur Endesa semble épongé.

EDF +1,64% à 68,93 euros

Le groupe énergétique français s'envolait jeudi, porté par la spéculation sur son secteur d'activité en Europe, et approchait du seuil de 130 milliards d'euros de valeur boursière, juste derrière Total, première capitalisation française. EDF et l'allemand EnBW, qu'il détient à 45%, ont chacun signé un accord avec la société allemande IVG Immobilien pour stocker du gaz naturel à l'horizon 2010 en Allemagne à Etzel, près de la mer du Nord. Ces accords autoriseront EDF et EnBW à utiliser pendant une durée de 35 ans des infrastructures de stockage en cavités salines, pour un volume total de plus de 400 millions de mètres cubes, précise le communiqué.

VALLOUREC +5,96% à 237,85 euros

L'action du groupe français, leader mondial des tubes en acier sans soudure, progressait fortement jeudi, profitant selon des sources de marché de rumeurs de rachat par le groupe russe Gazprom.

ASML +4,96% à 19,25 euros

Le titre est plébiscitée suite à l'annonce de la distribution de 960 millions d'euros aux actionnaires dans le cadre d'un projet d'optimisation de la structure du capital. L'équipementier pour le secteur des semi-conducteurs va réduire la valeur du nominal de ses titres à travers la distribution de 2,04 euros par action en numéraire. ASML entend également regrouper ses actions selon un ratio de 8 pour 9, ce qui se traduira par une baisse de 11% du nombre de titres en circulation.

EUROTUNNEL -18,52% à 1,10 euros

Le titre Eurotunnel trébuchait jeudi, après avoir plus que quadruplé de valeur suite au succès de l'offre publique d'échange qui ouvre la voie à la division par deux de sa dette, un envol qui a amené le gendarme de la Bourse de Paris à faire une mise en garde.

Vincent Georis

(c) L'Echo (tel: +32 2 423 17 67; fax: 32 2 4231610; mail: cnd@mediafin.be)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés