Les Bourses européennes touchent des sommets vieux de 6 ans

Bruxelles (afp) La Bourse de Paris a terminé vendredi à un nouveau sommet depuis plus de six ans, le CAC 40 gagnant 0,70%, porté par les valeurs pétrolières et automobiles, et les investisseurs ayant été agréablement surpris par un indicateur américain d'inflation inférieur aux attentes. L'indice parisien vedette a progressé de 40,40 points à 5.789,34 points, dans un volume d'échanges réduit de 4,7 milliards d'euros.

Londres a pris 0,72%, Francfort 0,97% et l'Eurostoxx 50 0,83%.

La Bourse de Paris, qui évoluait en légère progression à la mi-séance, a accéléré sa progression dans l'après-midi à l'unisson des autres places européennes, à la suite d'une série de statistiques américaines. La principale bonne surprise est venue de l'indice des prix à la production de base (hors énergie et alimentation), qui est resté inchangé en mars par rapport à février, alors qu'il était attendu en hausse de 0,2%.

De plus la balance commerciale américaine de février s'est réduite plus que prévu, à 58,4 milliards de dollars.

PSA Peugeot Citroën +4,38% à 55,96 euros

Le constructeur automobile a terminé en tête des valeurs vedettes, tiré par la hausse de ses ventes en Europe de l'Ouest de 0,3% en mars, à 230.080 unités, en dépit d'un repli général du marché. Le titre a réduit sa progression initiale, après avoir bondi de près de 6% en début de séance.

Le groupe a en effet refroidi des spéculations lui prêtant l'intention de céder sa participation majoritaire dans l'équipementier Faurecia.

BNP Paribas +0,92% à 81,04 euros

La banque, autre poids lourd du CAC 40, a bénéficié de commentaires favorables des analystes du Credit Suisse, qui ont relevé leur recommandation sur la banque française à "surperformance" contre "neutre", estimant que ses perspectives de résultats pourraient légèrement s'améliorer.

EIFFAGE -3,34% à 111,83 euros

Le groupe de construction a poursuivi son repli, alors que l'Autorité des marchés financiers a confirmé à l'AFP avoir ouvert une enquête sur les mouvements du titre, qui fait l'objet d'intenses spéculations autour d'un éventuel rachat du groupe.

Par ailleurs, la maison de courtage Fortis Securities a à son tour abaissé sa recommandation sur le groupe de BTP, à "vendre" contre "conserver" auparavant, jugeant sa valorisation excessive.

La Bourse de Francfort a fini la semaine en hausse, encouragée par des rumeurs de marché et des commentaires positifs de grandes maisons de courtage. L'indice vedette Dax de la Bourse de Francfort a pris 0,97% à 7.212,07 points. L'indice des valeurs moyennes MDax a, lui, gagné 0,56% à 10.584,50 points.

BASF 89,22 euros (+3,22%).

BASF a bondi en fin de séance après des rumeurs de rachat par l'américain DuPont. Selon les bruits qui couraient sur le marché, le chimiste américain pourrait proposer 93 euros par action pour acheter son concurrent allemand. Le titre BASF a atteint 89,22 euros (+3,22%).

De son côté, la Bourse de Londres a fini sur un nouveau plus haut depuis six ans et demi vendredi, soutenu par la hausse du pétrole et les spéculations entourant les rachats de sociétés en cours ou escomptés, en particulier celui des boissons de Cadbury en fin de séance. L'indice Footsie-100 des principales valeurs a gagné 46 points, soit 0,72% par rapport à la clôture de jeudi, à 6.462,40 points, un record depuis le 8 novembre 2000.

Enfin, l'euro s'est approché vendredi de son record historique face au dollar, les perspectives économiques et monétaires de la zone euro paraissant bien meilleures que celles des Etats-Unis aux yeux des investisseurs.

Publicité
Publicité

Echo Connect