Les indices new-yorkais boostés par les valeurs bancaires et informatiques

©BLOOMBERG NEWS

Wall Street signe une séance de rebond ce lundi.Sous fond de raffermissement du dollar et de net repli des prix du pétrole, à la clôture, le Dow Jones a enregistré une hausse de 1,02% à 12.876,31 points, le Nasdaq de 1,76% à 2.488,49 points, et enfin l’indice élargi S&P 500 de 1,1% à 1.403,58 points.Les valeurs bancaires et informatiques se distinguaient par leurs bonnes performances

  • Le premier rehausseur de crédit MBIA a annoncé une perte plus importante que prévu de 2,41 milliards de dollars, ou 13,03 dollars par action, au premier trimestre 2008, en raison de lourdes pertes latentes sur les marchés de dérivés de crédit. Ces pertes ressortent à 3,58 milliards de dollars. Malmené en avant-Bourse, le titre a  pourtant pris  4,45% à 9,85 dollars sur la séance.
  • La première banque américaine Citigroup (+0,04% à 23,64dollars) étudie sinon la vente de sa filiale japonaise de crédit à la consommation CFJ KK, du moins une forte réduction de son activité, dans le cadre de son plan de cession d'actifs, rapporte le quotidien Nikkei de dimanche. 
  • Le groupe informatique Helwett Packard (-5% à 46,64dollars) pourrait bien concurrencer  IBM (+0,95% à 125,24 dollars).D’après la version en ligne du  Wall Street journal , il serait sur le point de racheter la société de services informatiques Electronic Data System pour 12 à 13 milliards de dollars. Le montant avancé qui pèse plus du double du chiffre d’affaires annuel d’EDS a boosté le cours du titre qui a clôturé sur un bond de 27,25% à 24 dollars.
  • Le premier assureur mondial American International Group  a vu son titre céder 4,74% à 38,37 dollars, après une recommandation négative de la maison de courtage Goldman Sachs.
  • Le géant des médias Clear Channel  Communications (+9,57% à 32,87 dollars) serait parvenu, selon le site Internet du Wall Street Journal, à un accord en vue de son rachat avec les deux fonds d'investissement Thomas H. Lee et Bain Capital mais pour un prix moins important que prévu. Pour rappel, les fonds, qui valorisaient l’entreprise à 19,6 milliards de dollars, avaient fait marche arrière en mars après que les banques créancières se soient désistées.
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés