Quand les rumeurs soutiennent l'euro

©Photo News

Des rumeurs sur une intervention de la BCE et une sortie de la Grèce de la zone euro ont soutenu le monnaie unique. Ces dernières ont été catégoriquement démenties par le gouvernement grec.

(afp/reuters)  - L'euro rebondissait mercredi au dessus de 1,23 dollar, après avoir touché son plus bas niveau en plus de quatre ans, soutenu par des spéculations sur une intervention de la Banque centrale européenne (BCE) pour soutenir la monnaie européenne.
Vers 17H45 GMT (19H45 à Paris), l'euro valait 1,2352 dollar contre 1,2206 dollar mardi vers 21H00 GMT.

L'euro, qui avait commencé la journée par un plongeon à 1,2144 dollar, son plus bas niveau depuis mi-avril 2006, s'est nettement repris.
"Il y a des rumeurs que les pouvoirs publics se préparent à intervenir" sur le marché des changes, ont relevé les analystes de Brown Brothers Harriman.  "Vu la volatilité actuelle des marchés en général, le marché des changes est particulièrement sensible à l'éventualité d'une intervention" de la BCE, a observé de son côté Neil McKinnon, économiste chez VTB Capital.
Selon lui, ces spéculations sont parties de l'hypothèse selon laquelle la Banque nationale suisse (BNS) serait intervenue mercredi sur les marchés pour empêcher une appréciation trop forte de sa monnaie.

En effet, la devise helvétique a chuté brutalement jusqu'à 1,4308 franc suisse pour un euro vers 13H35 GMT, alors qu'elle évoluait précédemment proche de 1,40 franc suisse pour un euro, un niveau historiquement élevé. Depuis le début de la semaine, la monnaie suisse est même passée brièvement à plusieurs reprise sous le seuil de 1,40 franc suisse, un record inédit.

En milieu d'après-midi d'autres rumeurs selon lesquelles la Grèce envisagerait sa sortie de l'Union européenne ont également soutenu la devise européenne.  La Grèce a démenti catégoriquement ces rumeurs de marché.

"Des rumeurs circulent ce matin et il est clair que les traders sont nerveux. C'est typique quand le marché est sur des charbons ardents", a déclaré Matthew Strauss, statège devises senior de RBC Capital Markets à Toronto.

 

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés