Tokyo se redresse (+1,10%) dans le sillage de Wall Street

(afp) L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a terminé la séance de jeudi sur un regain de 1,10%, encouragé par le rebond enregistré mercredi à Wall Street.

La place japonaise avait subi une forte chute de 2,92% mercredi, les investisseurs réagissant alors à la sévère baisse subie par Wall Street à la suite des craintes entourant le secteur des prêts immobiliers à haut risque aux Etats-Unis.

Le Nikkei 225, moyenne non pondérée des valeurs vedettes, a repris jeudi 183,50 points (+1,10%) à 16.860,39 points.

L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a pour sa part regagné 19,24 points (+1,15%), pour s'afficher en clôture à 1.694,18 points.

Le volume d'échanges était moins dense que la veille avec 2,3 milliards d'actions échangées contre 2,4 milliards mercredi. Au total, 1.335 valeurs ont terminé en hausse, contre 43 mercredi, et 302 étaient en baisse, et 94 au même niveau que la veille.

Une petite remontée du dollar face au yen a également contribué à remotiver les investisseurs, selon les opérateurs.

"Le regain de la Bourse de Tokyo est à l'unisson du rebond du marché des actions américain, et (a été porté) par le yen--qui est revenu au niveau des 117 yens face au dollar", a analysé Fumiyuki Nakanishi de la SMBC Friend Securities.

Mitsubishi Heavy Industries a enregistré l'une des plus fortes hausses de la séance en s'envolant de 9,15% à 716 yens, le groupe ayant annoncé mercredi qu'il s'attendait à recevoir une commande pour deux réacteurs nucléaires de forte puissance de la part de l'exploitant américain de centrales TXU.

Hitachi a bondi de 5,3% à 856 yens, Toshiba de 3,5% à 758 yens et Mitsubishi Electric de 2,3% à 1.156 yens.

Les sidérurgiques étaient aussi en verve. Nippon Steel a gagné 2,6% à 857 yens, Kobe Steel 4,8% à 506 yens et JFE Holdings 3,1% à 7.220 yens.

En revanche, la troisième maison de courtage nipponne, Nikko Cordial, a cédé 0,3%, tombant sous le prix de l'offre publique d'achat (OPA) amicale du géant bancaire américain de Citigroup à 1.700 yens par action, parce que Citigroup a écarté la possibilité d'un relevement de son offre, selon des courtiers.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés