Wall Street affectée par la chute de l'euro

La Bourse de New York a fini en nette baisse jeudi, affectée par la chute de l'euro qui reflétait l'angoisse des marchés face aux difficultés budgétaires des pays européens. La baisse moins marquée qu'espérée du nombre de nouveaux chômeurs a également pesé sur le marché américain.

afp) - L'indice Dow Jones a perdu 1,05% et le Nasdaq 1,26%. Selon les chiffres définitifs de clôture, le Dow Jones Industrial Average a lâché 113,96 points à 10.782,95 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 30,66 points à 2.394,36 points. L'indice élargi Standard & Poor's 500 a lui abandonné 1,21% (14,23 points) à 1.157,44 points.

Après une première partie de séance hésitante, la place new-yorkaise a brusquement creusé ses pertes pendant l'après-midi.

"Le catalyseur a clairement été l'euro", a observé Marc Pado, de Cantor Fitzgerald, pour qui la devise "reflète l'opinion générale du marché quant au succès qu'aura le plan" annoncé dans la nuit de dimanche à lundi par les pays européens.

En fin de séance, la monnaie unique est descendue jusque 1,2531 dollar, à un cheveu de son plus bas niveau atteint avant l'annonce de ce plan.

"Des mesures d'austérité sont mises en place en Europe, et leur impact sur la zone euro et la reprise de l'économie mondiale occupent l'attention", ont observé de leur côté les analystes de Charles Schwab.

Après l'Espagne, le Portugal a annoncé jeudi un arsenal de mesures pour faire face à sa dette publique, comprenant des hausses d'impôts.

Le marché avait été pénalisé à l'ouverture par une baisse moins marquée que prévu du nombre de nouveaux chômeurs aux Etats-Unis, à 444.000.

Cela entretient "l'idée que la reprise du marché de l'emploi est loin d'être solide", a estimé Patrick O'Hare, du site financier Briefing.com.

Le marché obligataire est monté légèrement. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a reculé à 3,564% contre 3,567% mercredi soir et celui du bon à 30 ans à 4,461% contre 4,473% la veille.

VALEURS:

Les valeurs bancaires et énergétiques ont été pénalisée, tandis que l'équipementier télécoms Cisco a affiché l’une des plus fortes baisses au sein du Dow Jones malgré des résultats trimestriels meilleurs que prévu.

Sur le troisième trimestre de son exercice, Cisco (-4,53% à 25,53 dollars) a dégagé un bénéfice de 2,2 milliards de dollars, pour des ventes de 10,4 milliards, deux chiffres supérieurs aux attentes. C'est "probablement le trimestre le plus solide de notre histoire", a commenté le PDG du groupe, John Chambers. "L'aspect négatif, qui met la pression sur l'action à court terme, c'est que les prévisions données pour le prochain trimestre sont conformes aux attentes, et que la société augmente ses investissements plus que prévu", ont réagi les analystes de Wedbush Securities.

Le secteur bancaire a reculé alors que selon la presse américaine, les enquêtes le visant se multiplient, les autorités fédérales cherchant à savoir si elles ont trompé leurs clients et des agences de notation sur certains produits financiers à risque pendant la crise.

Les valeurs énergétiques étaient pénalisées par le net recul des cours du pétrole à New York, le baril perdant environ un dollar. Le pétrolier Chevron abandonnait 1,42% et ExxonMobil 0,26%.

L'éditeur de logiciels Sybase bondissait de 14,39% à 64,22 dollars. Il va se faire racheter par le géant allemand des logiciels professionnels SAP pour 65 dollars par action en numéraire, ce qui valorise l'entreprise à 5,8 milliards de dollars.

L'opérateur télécom Sprint Nextel bondissait de 7,47% à 4,46 dollars. Il va vendre des abonnements dans les magasins du géant de la distribution Wal-Mart (-0,15% à 52,40 dollars).

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés