Wall Street encaisse mal les minutes de la Fed

Malgré le bon bulletin trimestriel annoncé par Alcoa, le géant de l'aluminium qui ouvrait le bal des résultats trimestriels, la Bourse de New York a accusé le coup mercredi, ses principaux indices lâchant trois quarts de pour-cent.

(l'echo) En cause, les minutes de la dernière réunion du comité de politique monétaire (FOMC) de la Réserve fédérale qui ont été publiées hier à mi-séance: la Fed y estimait notamment qu'une nouvelle hausse des taux pourrait être nécessaire afin de faire retomber l'inflation aux États-Unis. Elle s'y inquiétait aussi de la faiblesse de l'investissement de entreprises. Le compte rendu du FOMC a été interprété comme traduisant un durcissement de la rhétorique de la Fed sur sa politique monétaire, ce qui a conduit le marché à revoir en baisse la probabilité d'une détente. Wall Street a aussitôt creusé ses pertes. L'indice Dow Jones a terminé en baisse de 0,71% à 12.484 points tandis que le Nasdaq Composite a cédé 0,74% à 2.459 points.

L'action de la Bourse électronique Nasdaq s'est délestée de 0,78% à 29,40 dollars. Selon le "Wall Street Journal", elle envisagerait de lancer une offre de rachat sur la Bourse de Philadelphie.

Le constructeur automobile General Motors a vu son titre perdre 1,93% à 31,46 USD. Selon le magazine allemand "Capital", le groupe menace de supprimer des milliers d'emplois dans sa filiale allemande Opel.

Le groupe bancaire Citigroup a dévoilé son plan de restructuration qui prévoit 17.000 suppressions d'emploi (6% de ses effectifs). La copie n'a pas eu l'heur de plaire au marché puisque l'action a reculé de 1,15% à 51,80 dollars.

Alcoa a réalisé le meilleur trimestre de son histoire et dévoilé des bénéfices supérieurs aux attentes des analystes. Son titre a gagné 0,52% à 35,08 USD.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect