Wall Street euphorique à mi-séance, avant la décision de la Fed

Alors qu'une nouvelle baisse des taux d'intérêt de la Fed est attendue cet après-midi, le Dow Jones gagnait 2,39% et le Nasdaq 2,34%. La nouvelle baisse des mises en chantier et des permis de construire en février, signe qu'aucun rétablissement du marché de l'immobilier n'est en vue, n'a fait que renforcer les attentes.

Vers 15H50 GMT, le Dow Jones Industrial Average (DJIA) progressait de 286,33 points à 12.258,58 points et l'indice Nasdaq, à forte composante technologique, de 51,03 points à 2.228,04 points.

L'indice élargi Standard and Poor's 500 montait de 2,72% (+34,76 points) à 1.311,36 points.

"Le marché se concentre entièrement sur la politique de la Fed et sur son annonce de 14H15" heure locale (18H15 GMT), a indiqué Dick Green, analyste de Briefing.com.

La banque centrale américaine, qui a déjà baissé en urgence son taux d'escompte dimanche soir, va réexaminer mardi le niveau de ses taux d'intérêt.

Au regard de la dégradation de la situation économique des Etats-Unis, le marché compte sur une nouvelle baisse importante du principal taux directeur, actuellement à 3%, entre 0,50 point et un point de pourcentage.

La nouvelle baisse des mises en chantier et des permis de construire en février, signe qu'aucun rétablissement du marché de l'immobilier n'est en vue, n'a fait que renforcer ces attentes.

Le Secrétaire américain au Trésor, Henry Paulson, a aussi reconnu que l'économie avait "fortement décliné".

"La Fed devrait publier un communiqué soulignant la poursuite des difficultés actuelles du marché du crédit" et donc ouvrir la porte à d'autres assouplissements monétaires, même si cela devait encore peser sur le dollar, a estimé Frederic Davidson, analyste de DA Davidson & Co.

Lundi déjà, l'espoir d'une poursuite de l'activisme de la Fed avait permis à Wall Street de mieux surmonter que les Bourses asiatiques et européennes la vente au rabais de la banque Bear Stearns pour lui éviter une faillite: le Dow Jones avait grignoté 0,18%, mais le Nasdaq avait perdu 1,60% et le SP 500 0,90%.

Par ailleurs, après la débâcle de Bear Stearns, les résultats trimestriels dévoilés mardi par les banques Goldman Sachs et Lehman Brothers étaient jugés rassurants, car "ils ont dépassé les attentes", a pointé Al Goldman, analyste d'AG Edwards.

Malgré un bénéfice en baisse, l'action de Lehman Brothers, qui avait chuté de 19% lundi sur fond de rumeurs de problèmes de liquidités, s'envolait de 36,06% à 43,20 dollars.

Goldman Sachs, davantage épargnée que ses concurrentes par la crise des "subprime", voyait son titre gagner 13,08% à 170,77 dollars, en dépit d'un bénéfice trimestriel divisé par deux.

Egalement dans le secteur financier, les groupes de refinancement hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac progressaient respectivement de 21,03% à 26,88 dollars et de 19,45% à 24,63 dollars. Ils pourraient voir leurs règles de fonctionnement assouplies par l'administration Bush.

Parmi les autres valeurs en vue, Delta Airlines bondissait de 10,62% à 10,21 dollars, après avoir proposé un plan de départ volontaire à deux tiers de ses employés.

Yahoo!, cible d'une offre hostile de Microsoft, grimpait de 6,19% à 27,45 dollars, après avoir affirmé qu'il pouvait doubler son cash-flow opérationnel sans avoir besoin de s'adosser à un autre groupe.

L'opérateur boursier américano-européen Nyse-Euronext (+9,10% à 61,60 dollars) profitait de l'annonce d'un programme de rachat d'actions d'un milliard de dollars.

Le marché obligataire rebaissait. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans montait à 3,421%, contre 3,314% lundi soir, et celui à 30 ans à 4,344%, contre 4,282%.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés