Publicité

Wall Street sans direction à mi-séance

(afp) La Bourse de New York était sans direction mercredi en milieu de séance, après avoir ouvert en baisse, alors que débutait une réunion de deux jours de la Réserve fédérale (Fed): le Dow Jones reculait de 0,16% tandis que le Nasdaq prenait 0,14%.

Vers 15H50 GMT, le Dow Jones Industrial Average (DJIA) baissait de 21,71 points à 13.315,95 points, et l'indice composite du Nasdaq montait de 3,49 points à 2.577,65 points.

L'indice élargi Standard and Poor's 500 perdait lui 0,07% (-1,10 point) à 1.491,79 points.

Mardi, Wall Street avait terminé en baisse: le Dow Jones avait perdu 0,11%, le Nasdaq avait cédé 0,11% et le SP 500 0,32%.

Seul indicateur macroéconomique de la journée, les commandes de biens durables ont accusé en mai leur plus fort recul en quatre mois, bien au-dessous des attentes. Elles ont enregistré une baisse de 2,8% par rapport à avril, entraînée par le secteur de l'aviation civile.

"C'est un élément négatif mais cela ne devrait pas constituer la tendance du marché, car c'est un indice très volatil", a estimé Peter Cardillo, d'Avalon Partners.

Les investisseurs ont désormais les yeux tournés vers la réunion mercredi et jeudi du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed).

"Personne ne s'attend à un changement du taux directeur (actuellement à 5,25%, ndlr), mais tout le monde va se concentrer sur les tendances qui seront révélées dans le communiqué" pour deviner la future évolution des taux, a expliqué Frederic Dickson de DA Davidson and Co, précisant que toute insistance de la Fed sur l'inflation, synonyme d'une hausse à venir des taux, pourrait entraîner une baisse du marché boursier.

Par ailleurs, "la question des +subprimes+ et du marché immobilier est toujours à l'esprit des investisseurs. C'est un catalyseur qui devrait amener le marché à poursuivre sa correction", a indiqué M. Cardillo.

Les difficultés révélées la semaine dernière de deux fonds spéculatifs de la banque Bear Stearns (+2,49% à 142,82 dollars), spécialisés dans les prêts hypothécaires à risque (subprimes) font craindre des problèmes sur l'ensemble de ce secteur et des répercussions sur le secteur financier.

Selon le Wall Street Journal, la SEC (Securities and Exchange Commission) a ouvert une douzaine d'enquêtes sur les fonds en quasi-faillite de Bear Stearns, plombés par les prêts immobiliers à risques et sur certains produits financiers complexes.

Parmi les valeurs en vue, Oracle prenait 1,83% à 19,51 dollars. Le groupe de logiciels professionnels a annoncé un bénéfice net annuel en hausse de 26% à 4,3 milliards de dollars, avec des ventes augmentées de 25% à 18 mds USD.

Dans le secteur pétrolier, les deux majors ConocoPhillips et ExxonMobil prenaient respectivement 1,28% à 76,77 dollars et 0,67% à 82,37 dollars, après leur retrait de la région pétrolière vénézuélienne de l'Orénoque, faute d'un accord avec le gouvernement de Hugo Chavez. En revanche, Chevron (+0,44% à 83,06 dollars), comme d'autres multinationales pétrolières, a accepté de céder au Venezuela le contrôle de sa coentreprise dans la région.

Enfin, le premier raffineur américain Valero perdait 2,21% à 73,01 dollars, à la suite d'une recommandation négative d'un courtier sur le secteur.

Sur le marché obligataire, le rendement du bon du Trésor à 10 ans baissait à 5,053% contre 5,101% mardi soir, et celui à 30 ans à 5,181% contre 5,221%.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés