Publicité

Wall Street termine en nette baisse

©AFP

A la clôture lundi, le Dow Jones affichait une baisse de 1,21% , l'indice des 30 industrielles cédant 79,97 points à 6.546,97. Le S&P-500, plus large, a perdu 6,89 points, soit 1,01%, à 676,49 tandis que le Nasdaq a tout de même lâché 1,95% à 1.268,64 points.

  • C’est normalement une bonne nouvelle : le groupe pharmaceutique Merck lance une OPA (offre publique d’achat) sur Schering-Plough. Seulement voilà, avec les conditions de marché actuelles, l’information a nettement pesé sur la tendance, les investisseurs y voyant la preuve que la récession touche même les valeurs défensives. Merck a perdu  7,7% à 20,99 dollars, tandis que Schering-Plough a pris  14,18% à 20,13 dollars. Johnson & Johnson  a cèdé 2,86% à 46,60 dollars  et Pfizer 0,79% à 12,63 dollars.
  • Aux financières, Bank of America a bondi  de 19,43% à 3,75 dollars, à la suite d'un article de Barron's suivant lequel la banque pourrait éviter le sort de Citigroup. Cette dernière a progressé de près de 2% à 1,05 dollar.  BofA, juge l'hebdomadaire boursier, pourrait notamment renforcer ses ratios en réduisant son bilan et en cédant des actifs. Wells Fargo  a flambé de son côté de  15,80 % à 9,97 dollars.
  • L'assureur britannique Prudential a renoncé à faire une offre pour les actifs asiatiques de son concurrent américain en difficulté, American International Group (-1,25% à 3,16 dollars) en jugeant le prix de sept milliards de sterling (7,8 milliards d'euros) trop élevé, a rapporté le Sunday Times.
  • Le roi  de la restauration rapide, McDonald’s (+0,38% à  52,32 dollars) a annoncé  une hausse de 1,4% de ses ventes mondiales à périmètre comparable au mois de février.
  • Le leader dans le monde des services informatiques IBM (-2,72% à 83,48 dollars) ne devrait pas faire d'offre sur Satyam Computer Services, les avantage d'un renforcement des activités en Inde étant annulés par les risques financiers et juridiques liés au scandale touchant la SSII indienne, dit-on de sources proches du dossier.  Le groupe indien, qui a failli être emporté par une affaire de fraude comptable, a officiellement lancé le processus de cession de 51% des parts de la société.En début de semaine, le journal indien Business Standard rapportait qu'IBM faisait "la course en tête" pour racheter Satyam.  
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés