Avignon révèle un nouvel acteur de la scène flamande, Guy Cassiers

Guy Cassiers, représentant de la dynamique scène flamande, a présenté mercredi soir pour la première fois l'une de ses productions en France, "Rouge décanté", spectacle associant théâtre et vidéo créé en langue française dans le cadre du 60e Festival d'Avignon.

(afp) Après avoir mis le sulfureux Jan Fabre au coeur de sa programmation 2005, aux côtés de Wim Vandekeybus ou Jan Decorte, le grand rendez-vous européen des arts de la scène a cette année invité Alain Platel et Jan Lauwers, confirmant son attrait pour des artistes flamands pratiquant le mélange des genres.

Avignon 2006 permet aussi à Guy Cassiers, né à Anvers en 1960, de montrer pour la première fois en France un spectacle qu'il a mis en scène, "Rouge décanté", adapté du roman autobiographique du Néerlandais Jeroen Brouwers, Prix Fémina étranger 1995 en France dans la traduction de Patrick Grilli.

L'auteur raconte les deux années passées avec sa mère et sa grand-mère en Indonésie dans le camp japonais de Tjideng - l'actuelle Djakarta -, où ont été internés des Hollandais entre 1943 et 1945. Il évoque les blessures au coeur et à l'âme laissées par cette douloureuse expérience, son rapport difficile avec sa mère en particulier et les personnes du sexe féminin en général.

Ce monologue est porté à la scène par le comédien belge Dirk Roofthooft, déjà venu en 2005 à Avignon où il a participé notamment à la création du controversé "Je suis sang" de Jan Fabre, dans la cour d'honneur du palais des papes. Cette fois, l'acteur anversois se retrouve seul sur le plateau aménagé à même le sol du cloître des Célestins, où il est filmé en direct par sept caméras mais sans caméraman, donc sans médiation dans sa relation au public.

Son image, diffusée en particulier par une sorte d'écran noir et blanc à effet de loupe qui apporte une touche de mystère, peut être agrandie ou diminuée, reproduite avec fidélité ou singulièrement modifiée selon la lumière ou le support de la projection, ce qui éclaire le récit de façon variée.

Dans un décor de jardin japonais aquatique avec lequel les grands platanes du cloître ne jurent pas, le travail de Guy Cassiers et Dirk Roofthooft est aussi un théâtre du geste et du corps, sans tabou quand le personnage parle de sa compagne en se masturbant ostensiblement.

C'est au niveau textuel que cette approche convainc le moins: fût-il défendable, ce parti pris d'une voix terne et d'une élocution désarticulée peine à sensibiliser le spectateur aux souffrances du narrateur, une insuffisance face à laquelle le média vidéo, même bien utilisé, ne peut rien.

Après Avignon jusqu'au 24 juillet, "Rouge décanté" sera repris du 24 au 26 avril 2007 au Théâtre de Caen et, dans sa version néerlandaise ("Bezonken rood"), en tournée en Belgique et aux Pays-Bas du 10 janvier au 12 juin 2007.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés