Justine affrontera Mauresmo en finale de Wimbledon

Justine Henin-Hardenne (WTA 3) est la première participante à se placer pour la finale de Wimbledon, le troisième tournoi du Grand Chelem de l'année. La championne olympique a gagné son match de demie-finale de Kim Clijsters (WTA 2) avec 6-4 en 7-6 (7/4) .

(l'écho avec belga) - Henin-Hardenne se retouvera en finale face à la vainqueur du duel qui oppose la Française Amélie Mauresmo (WTA 1) à la Russe Maria Sharapova (WTA 4).

Pour Henin-Hardenne, il s'agit de sa deuxième finale à Wimbledon. En 2001, elle avait perdu en 3 sets contre l'Américaine Venus Williams. Wimbledon est le seul Grand Chelem qui manque à l'actif de Henin.

Henin-Hardenne en finale contre Mauresmo

Justine Henin-Hardenne (WTA-3/N.3) disputera samedi à Londres face à la Française Amélie Mauresmo (WTA-1/N.1) sa 8-ème finale d'un tournoi du Grand Chelem -sa 3ème consécutive cette année-, mais surtout sa 2ème à Wimbledon, après celle perdue en 2001 face à l'Américaine Venus Williams.

La Française, numéro un mondiale, s'est en effet imposé en trois manches - 6-3, 3-6 et 6-2 - devant la Russe Maria Sharapova (WTA-4/N.4).

Peu avant, la Rochefortoise s'était une nouvelle fois débarrassée en demi-finale cette année (après Roland-Garros et Eastbourne) de sa partenaire de Fed-Cup, Kim Clijsters, par 6-4, 7-6 (7/4).

Dans ses confrontations directes contre Mauresmo, Henin-Hardenne mène 5 victoires à 4, mais elles ne se sont jamais rencontrées sur gazon.

Citée comme favorite du tournoi suite à son autoritaire succès à Eastbourne la semaine dernière, Henin-Hardenne aura à coeur de prendre sa revanche sur Mauresmo, contre qui elle avait été contrainte à l'abandon, prise de maux d'estomac, en finale de l'Open d'Australie, début 2006. Mais elle tentera surtout de réussir à combler le seul titre qui lui manque à son palmarès en Grand Chelem, déja lauréate en Austalie en 2004, à Roland-Garros en 2003, 2005 et 2006 et à l'US Open en 2003.

D'une manière plus symbolique, elle tentera aussi de rejoindre celle qu'elle a toujours admirée, l'Allemande Steffi Graf, qui avait réussi à s'imposer à quatre reprises à Paris et à Wimbledon. Seules deux autres joueuses, Serena Williams (2002) et Martina Navratilova (1982-84) avait réussi cette difficile transition terre battue-herbe.

Photo: Belga

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés