LECTURE: Café Belgique. Humour et méchancetés de nos comptoirs

Quand la bière délie les langues des clients de bistrots belges, les propos sont souvent... d’anthologie. Drôles, certes, mais méchants. Souvent. Ce volume, jaune comme les bonnes frites de notre plat pays, offre une sélection de ces brèves de comptoirs. A votre santé.

(l’écho) – Présenté par Bernard Marlière, familier de l’humour bien belge et l'auteur de plusieurs anthologies, ce recueil de brèves de comptoir publié aux éditions Jourdan, dresse un large panorama de l’humour de bistrot. Souvent gras, bête parfois mais toujours drôle avec ce talent inné que possède le Belge : celui de savoir se moquer de lui-même. A vous donc la lecture de ces 800 brèves récoltées par l’équipe de « chercheurs » à l’origine de cet ouvrage. Des auteurs qui ont, sans nul doute, payé de leur personne, au risque d’endommager leur foie, pour ramener ces petits trésors. En voici quelques exemples, en guise d’apéritif. C'est notre tournée.

« Sans sa femme, il ne serait rien. Il lui doit tout, son boulot, sa bagnole, ses costards, son argent de poche…Et s’il est cocu, c’est encore à cause d’elle. » Liège ? « Quelle ville ! Leur gare est tout en verre, mais au Standard, tu dois boire ta bière dans des gobelets en plastique ! » Ou : « ils veulent qu’on parle de Vlaamse Kust, et non plus de côte belge. Laisse agir le réchauffement climatique et la montée des océans. Ils devront bientôt parler de Waalse Kust ».

Naturellement, les hommes (et femmes) politiques ne sont pas oubliés. Nous laisserons tout naturellement aux auteurs la responsabilité de leurs propos. « Yves Leterme, même quand il ne dit rien, on voit qu’il pense des conneries. » « Tu jouerais une partie de poker menteur avec Van Cau, Despi, Donfut et Anne-Marie Lizin, tu aurais sérieusement intérêt à surveiller leurs pouces ! » Ou : « Milquet, elle aime bien Di Rupo, parce que c’est le seul à qui elle ne doit pas dire non. » Au fil des pages, souvent drôles et même hilarantes (osons le dire), se posent quelques fois des questions plus existentielles auxquelles il est bien difficile de donner une réponse. Ainsi, « avec quoi on les bouffait les moules avant qu’on invente les frites ? »

Allez, la dernière pour la route ? Elle fera plaisir à nos voisins français. « Une Kronenbourg, s’il vous plaît. Vous n’aimez plus la Jupiler ? Si, bien sûr, mais il est encore un peu tôt pour boire de la bière. »

Quant aux sources de ces joyeuses méchancetés, vous retrouverez leurs adresses en fin de volume. Histoire de vous permettre de goûter en direct l’humour typiquement belge de nos petits bistrots. Et accessoirement le breuvage que le monde entier nous envie : la bière. « Blonde, brune. Peu importe, affirmatif. » Chantait Serge Gainsbourg.

Philippe Degouy
philippe.degouy@lecho.be

Café Belgique. Humour…humeurs et méchancetés de nos comptoirs. Par Bernard Marlière. Editions Jourdan. 225 pages

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés