LECTURE: De fièvre et de sang (thriller). Manuel de sorcière et bible Dracula

A l’occasion du festival international du film fantastique de Bruxelles, voici une petite sélection d’ouvrages récents liés au genre. De quoi vous mettre le sang à la bouche .

Après Dreamworld et L’enfant des cimetières, le thriller De fièvre et de sang (éditions le pré aux clercs)  rédigé par le Français Sire Cedric prouve que la jeune génération d’auteurs n’a plus rien à prouver aux aînés.

Sans dévoiler l’intrigue, ce qui serait dommage, soulignons que l’histoire met en scène un officier de police féminin et albinos , Eva Svärta. Une profileuse, hantée par un passé douloureux, lancée sur les traces d’une tueuse en série atteinte du syndrome de Mathusalem et qui essaie de recouvrer la jeunesse grâce au sang de ses victimes et à des masques de chair. Une meurtrière sadique qui prend exemple sur la comtesse hongroise Bathory, accusée au 17e siècle de meurtres en série et de torture. En compagnie du commandant Alexandre Vauvert, Svärta va pénétrer dans un univers à la limite de la folie complète. N'en disons pas plus.
L'ouvrage constitue un excellent thriller qu’il faut cependant lire avec le cœur bien accroché. Car certains passages peuvent heurter les coeurs fragiles par leur crudité. On éventre, on dépèce au fil des pages en nommant un chat un chat. Mais on reste captivé par le récit, bien découpé, rythmé au possible. Avec, à la fin du roman, un seul regret. Celui d’avoir déjà achevé la lecture.
Une belle réussite. On en redemande.
Clin d’œil volontaire ou pas, les amateurs de bande dessinée feront le rapprochement entre ce récit et l’album de la série Jess Long volume quatre : Les masques de mort.

Manuel de sorcière

Paru chez le même éditeur, le Manuel de sorcière aborde le fantastique du monde de la magie d’une manière didactique et humoristique. Pour le bien-être des lecteurs. Rédigé par une enseignante en sorcellerie, qui ne doit heureusement plus craindre d’être brûlée, ce manuel enseigne comment réaliser les rituels, se fabriquer un balai magique ou comment composer des potions pour s’attirer l’attention des divinités. On est ici en plein dans l’univers d’Harry Potter. Les recettes proposées sont expliquées en détails comme dans un guide culinaire. Avec des ingrédients très simples à trouver.
Un guide pratique qui pourra vous donner un coup de pouce pour trouver l’amour, vous débarrasser d’un individu malfaisant. Ou pourquoi pas pour trouver du travail. Dans la crise actuelle, tous les moyens sont à envisager. Selon l'auteur, il faut avoir en poche un fragment de cornaline pour réussir un entretien d’embauche. Ni plus, ni moins.
Pourquoi pas au fond. Les lectrices trouveront quant à elles une multitude de recettes pour conserver leur beauté.
Bref, voilà un guide qui devrait servir à tout le monde. C’est un peu l’auberge espagnole de la sorcellerie. Richement illustré, on prend plaisir à sa lecture. Avec la folle envie de se laisser tenter par les recettes présentées.

La bible Dracula. Dictionnaire du vampire

Rédigée par Alain Pozzuoli, spécialiste de l’œuvre de Bram Stoker, cette Bible Dracula (publiée aux éditions du Pré aux Clrecs) dresse un portrait exhaustif de cette figure immortelle de l’imaginaire collectif. Ce volumineux volume offre ainsi des centaines d’entrées possibles pour découvrir ce mythe du vampire. Comment expliquer ce succès qui entoure ce personnage ? Comme le souligne Alain Pozzuoli, « Dracula est sans doute la créature qui stimule le plus notre imaginaire. Tour à tour machiavélique, diabolique, pathétique, solitaire, dangereux, séduisant, troublant, il n’en finit pas de dérouler pour nous la palette infinie des sentiments humains. Il est le symbole de nos peurs et de nos inhibitions les plus secrètes. Dracula est une sorte de Dieu inversé. Gothique pour les uns, moderne pour les autres, ce vampire-là est de tous les temps, passés, présents et à venir. ».
Et quel plus hommage pouvait-on rendre à Bram Stoker que celui offert par le maître du fantastique H.P. Lovecraft : « la réussite la plus fameuse de Stoker réside dans son fameux Dracula, devenu un symbole, pratiquement standardisé, du mythe vampiresque. »
De A comme absinthe à Z comme Zoltan le chien sanglant de Dracula (film d’Albert band, 1978), le dictionnaire ne manque pas de curiosités. Il constitue sans doute l’ouvrage le plus complet en langue française.
Comme le soulignait Bram Stoker, « la puissance du vampire tient à ce que personne ne croit à son existence. »


Philippe Degouy
philippe.degouy@lecho.be

De fièvre et de sang. Thriller de Sire Cédric. Editions le pré aux clercs. 448 pages. 18 euros.
Manuel de sorcière. Rituels, formules magiques, divination, potions… par Sélène Silverwind. Editions le pré aux clercs. 144 pages. 16,90 euros.
La bible Dracula. Dictionnaire du vampire. Par Alain Pozzuoli. Editions Le pré aux clercs. 22,90 euros. 656 pages.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés