LECTURE: Les coups tordus de Churchill

Racontés par Bob Maloubier, ancien membre des services secrets britanniques durant la Seconde Guerre mondiale, voici une sélection des coups les plus tordus imaginés par Winston Churchill pour mettre à mal ce IIIe Reich dirigé par le petit caporal Hitler. La bête noire du Britannique.

(l’écho) – Il ne faut jamais se fier aux apparences. Jamais. Car sous ses airs de papy tranquille se cachait en réalité un Winston Churchill au courage inouï et à l’imagination fertile.  Surtout quand il s’agissait de jouer un mauvais coup à l’ennemi allemand. Il faut dire qu’avec du sang iroquois mélangé à du sang britannique abreuvé de whisky pur malt, le mélange se révélait plus qu’explosif.
Et quand, en juin 1940, la défaite semble promise pour l’Europe entière, un seul homme se dresse sur une île pour insulter Hitler et promettre la défaite aux hordes nazies assoiffées de sang.  Winston Churchill : « nous nous battrons sur les plages, dans les champs, dans les rues…jamais nous ne nous rendrons. » A cette époque, l’ennemi ricane encore des propos de cet homme à première vue inoffensif.. Quelques mois plus tard, plus du tout.

Fort de ses expériences passées et fin connaisseur de l’histoire militaire, Churchill a une vision personnelle du combat. Il n’est pas favorable aux affrontements entre armées. Non. Son truc à lui, c’est plutôt « de gagner des guerres à coups de raids dans le ventre mou de l’ennemi, d’espions, de saboteurs, d’exécuteurs infiltrés dans son dos et.. d’histoires à dormir debout. » L’intoxication de l’ennemi par de faux plans d’attaque constituait son petit plaisir. « Il est odieux de frapper un ennemi dans le dos, mais le faire pour une bonne cause est parfaitement justifié. » déclarait-il, le sourire en coin. A lui seul de décider de la bonne cause. En fin stratège, il avait appris et assimilé les tactiques des ennemis rencontrés lors des précédents conflits durant lesquels il officiait comme correspondant de guerre. A Cuba, en Afrique contre les Boers ou en Afghanistan. Il était sans doute le seul journaliste à violer les règles et à se promener avec un pistolet Mauser dans sa besace.  Avant tout le monde, il avait compris qu’il est impossible pour une armée régulière de venir à bout de guérilleros résolus. La preuve actuellement avec le conflit Afghan, où les talibans reprennent les tactiques des Patans combattus par Churchill : harceler l’adversaire puis se disperser dans les montagnes.

Visionnaire aussi sur le plan politique avec son fameux « rideau de fer tombé sur l’Europe de l’Est » et sa vision de la guerre du futur. Impossible à gagner sans les blindés, l’aviation et le renseignement. 

Pour en revenir à ses coups tordus, Bob Maloubier retrace l’histoire des plus connus. Comme ce raid tragique à Dieppe, monté pour faire plaisir au boucher de Moscou, Staline, mais aussi pour tester les défenses allemandes avant LE débarquement libérateur.

On retrouve également cette fameuse histoire de l’eau lourde nécessaire au développement de la bombe atomique , ou toute cette opération d’intoxication, Fortitude, montée de toute pièce pour tromper les Allemands sur les lieux de l’attaque de 1944. Sans elle, le débarquement de Normandie aurait sans doute pu virer au cauchemar car Hitler avait misé précisément sur les plages normandes comme lieu probable d’une attaque alliée de la forteresse Europe. Et que dire de ce cadavre de faux officier britannique largué en pleine mer au large de l’Espagne pour tromper les Allemands. Une opération digne d’un roman d’espionnage. Au fil de l’histoire, le lecteur croise également le destin de personnages aussi divers que le pro-allemand Jo Kennedy ou Ian Fleming, créateur de l’espion le plus célèbre de l’histoire : James Bond. 

Passionnant de bout en bout, cet ouvrage se montre digne du meilleur roman d’aventures. On ne s’ennuie guère (sans jeu de mots) à la lecture du récit de Bob Maloubier, témoin direct  et acteur de certains faits racontés. Faute d’avoir pu, en 1940, rejoindre de Gaulle à Londres, l’auteur s’était alors enrôlé dans les services secrets britanniques créés par Churchill. 

Philippe Degouy
philippe.degouy@lecho.be 

Les coups tordus de Churchill. Par Bob Maloubier. Editions Calmann-lévy. 15 euros. 268 pages.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés