LECTURE: "St-Exupéry: l'ultime secret"

Parue le mois dernier, l'enquête de Jacques Pradel et Luc Vanrell retrace l'enquête relative à la disparition du poète et pilote de guerre St-Exupéry. Un ouvrage rapidement devenu un best-seller. Preuve de l'intérêt soutenu du public pour un auteur devenu une légende.

(l'écho) - Aérodrome de Bastia-Lorgo, le 31 juillet 1944 au matin. Le Lightning de reconnaissance F-5B n°223 décolle pour une mission d'observation baptisée SODA N°33 S 176. A son bord, le commandant St-Exupéry. Le lightning, surnommé le diable à queue fourchue par les Allemands, est un appareil très rapide mais difficile au pilotage. Une merveille adorée par St-Exupéry qui avait réussi à forcer la main aux Américains pour pouvoir le piloter. Belle revanche pour l'écrivain déclaré inapte au combat lors de l'entrée en guerre de la France. En cause, son âge "élevé" par rapport à la moyenne et ses nombreuses blessures. En novembre 1939, l'auteur du Petit Prince et de Pilote de guerre (notamment) intégrait pourtant le groupe de reconnaissance II/33.
En ce jour de juillet 1944, la mission devait être de routine et se terminer à midi. A 14h30, l'appareil n'était toujours pas rentré. Difficile de ne pas partager l'angoisse des amis sur la base: "nous connaissons tous ces moments lourds à supporter, où l'on attend un avion en retard. Une demi-heure, une heure de retard. La limite de carburant est atteinte, l'avion ne peut plus rentrer à sa base. Reste l'espoir qu'il soit posé sur une base amie." Mais l'attente se révèlera vaine. St-Exupéry ne reviendra plus.

Une mystérieuse disparition qui sera à l'origine d'une enquête de plusieurs décennies et de fouilles dans tout le Sud-est de la France. Infructueuses. Toutes les hypothèses sont émises. Accident, suicide ou rencontre avec un chasseur allemand? Nul ne le saura jusqu'à la découverte d'une gourmette dans les filets d'un marin marseillais en 1998. Celle du pilote disparu. Un bijou qui sera peu après à l'origine de la découverte d'une épave de Lightning, probablement celle de l'écrivain.

Si certains éléments étaient déjà connus des spécialistes, on se laisse prendre par le récit, plutôt bien ficelé et basé sur de nombreux témoignages de vétérans et d'archives. On découvre ainsi qui est ce corps de pilote retrouvé enterré sur une île inhabitée en face de Marseille. Et surtout le nom du pilote allemand qui serait à l'origine de la mort de St-Ex. Un certain Horst Rippert, soi-disant grand admirateur de l'oeuvre de l'écrivain.

Laissons à ce pilote allemand le soin de raconter l'ultime combat de St-Ex, avec toute la prudence nécessaire quant à la véracité des faits. Nul ne pouvant infirmer ou confirmer sa "victoire" sur le pilote français. "Son zinc a fait une chandelle. J'ai appris plus tard que ce devait être celui de Saint-Exupéry. Quelle catastrophe! Mais qu'est-ce que tu as fait! me suis-je dit." Pour l'anecdote, ce pilote "rongé de remords" n'est autre que le frère aîné d'un musicien récemment décédé, Hans-Rolf Rippert plus connu sous le nom d'Ivan Rebroff.

"Il y a certainement plus de plaisir à poursuivre la vérité qu'à la connaître" avait déclaré en son temps Antoine de St-Exupéry. Il est certain que si les faits révélés dans ce document sont véridiques, le dossier St-Exupéry a perdu une grande partie de son mystère, et de son intérêt.
Mais peu importe au fond. Ne boudons pas notre plaisir. Celui de la lecture d'une enquête bien fouillée qui retrace l'enquête sur la mystérieuse disparition du plus vieux pilote allié de la Seconde guerre mondiale, mort à 44 ans à la poursuite de son rêve: voler.
Les amateurs peuvent "admirer" les restes du Lightning au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget (Paris).

Philippe Degouy

St-Exupéry. L'ultime secret. Enquête sur une disparition. Par Jacques Pradel et Luc Vanrell. Editions du Rocher. 19,90 euros. 192 pages.

 

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés