Les Echos: c.a et résultat 2006 en hausse, "bonne résistance" du groupe

Le groupe de presse Les Echos a affiché en 2006 une "bonne résistance" avec un chiffre d'affaires à 126,2 millions d'euros, en hausse de 4,2% par rapport à 2005, et un résultat d'exploitation à 10 millions d'euros (+18,4%), a annoncé lundi son directeur général, David Guiraud.

(afp) Les Echos devraient par ailleurs lancer à la "mi-avril", à titre expérimental, l'e-paper, le papier électronique, qui permettra de lire le journal sur une tablette de poche, et de le réactualiser tout au long de la journée, a indiqué M. Guiraud lors d'une conférence de presse.

La croissance du chiffre d'affaires du groupe Les Echos, filiale du groupe d'édition britannique Pearson, "s'appuie sur une forte dynamique de la publicité financière, le développement important de l'internet (le site payant Lesechos.fr) et la progression soutenue des activités de diversification", a-t-il expliqué.

Le résultat avant impôt pour 2006 est lui aussi en hausse, à 13,8 millions d'euros (+18,5%).

En 2005, le groupe de presse, qui emploie 500 salariés, avait affiché une chiffre d'affaires quasi-stable à 121,1 millions d'euros et un résultat d'exploitation à 8,4 millions d'euros, en recul de 24,3% par rapport à l'exercice précédent.

En 2004, le résultat d'exploitation était de 11,1 millions d'euros.

La diffusion totale payée du quotidien Les Echos est en légère progression (+0,38%), à 119.180 exemplaires (chiffre en cours de contrôle par l'OJD). La vente en kiosque a enregistré une croissance de 2,11% pour atteindre 21.509 exemplaires, dans un marché en baisse de 2%.

2006 a été une "excellente année pour le web", selon M. Guiraud. "Aujourd'hui 14% des abonnés papier sont abonnés au web", et le site a accueilli 1,2 million de visiteurs uniques (contre 900.000 en 2005).

L'année 2006 "a été une grande année de combat pour éradiquer la faiblesse du marché publicitaire erratique et anémique", a souligné le dirigeant.

Si la publicité financière s'est montrée "dynamique", les recettes de la publicité commerciale sur le papier et le web sont "en croissance faible", a-t-il indiqué.

Les Echos veulent poursuivre en 2007 leur "stratégie d'adaptation et d'innovation" pour faire face aux bouleversements du paysage des médias.

Ils prévoient de lancer à la "mi-avril" l'e-paper, un projet "technologiquement compliqué", qui doit rester expérimental dans un premier temps, avec un investissement "modéré".

"L'e-paper offrira une vraie troisième voie complémentaire. Il ne s'agit pas de remettre en cause le papier et l'internet, mais d'opérer une convergence. J'ai la conviction que le papier a encore des raisons d'être", a expliqué M. Guiraud.

Les Echos vont également renouveler leur offre éditoriale (dossiers spéciaux, suppléments, etc.), faire évoluer l'organisation des rédactions et mettre en oeuvre un "nouveau système rédactionnel".

Face au développement des journaux gratuits - les "low cost" de l'information, selon M. Guiraud - Les Echos veulent maintenir leur positionnement de "forte valeur ajoutée", la "fiabilité" étant l'une des marques de fabrique du journal, qui fêtera ses 100 ans l'année prochaine.

Le groupe Pearson, propriétaire notamment du Financial Times et des éditions Penguin, a enregistré en 2006 un recul de 28,5% de son bénéfice net part du groupe, à 446 millions de livres (665 millions d'euros), pour un chiffre d'affaires en hausse de 8,5% à 4,137 milliards de livres.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés