McCain veut que Castro rejoigne Karl Marx

©REUTERS

Le sénateur de l'Arizona a également critiqué son adversaire démocrate Barack Obama qui a affirmé jeudi au cours d'un débat télévisé qu'il pourrait rencontrer "sans condition", s'il est élu président des Etats-Unis, le successeur de Fidel Castro. "Le sénateur Obama a dit qu'il pourrait rencontrer le dictateur cubain sans condition en espérant que ces discussions seraient profitables au peuple cubain opprimé", a indiqué le sénateur de l'Arizona. "C'est une position naïve en diplomatie internationale", a-t-il estimé.

(afp) - Le favori républicain dans la course à la Maison Blanche, John McCain a souhaité ouvertement vendredi la mort prochaine du dirigeant cubain Fidel Castro affirmant: "j'espère qu'il aura l'occasion de rencontrer Karl Marx très vite".

Le sénateur de l'Arizona a également critiqué son adversaire démocrate Barack Obama qui a affirmé jeudi au cours d'un débat télévisé qu'il pourrait rencontrer "sans condition", s'il est élu président des Etats-Unis, le successeur de Fidel Castro.

"Apparemment (Fidel Castro) tente de placer comme successeur son frère Raul. Mes amis, Raul est pire que Fidel de bien des points de vue", a dit M. McCain au cours d'une réunion électorale dans l'Indiana (nord).

"Le sénateur Obama a dit qu'il pourrait rencontrer le dictateur cubain sans condition en espérant que ces discussions seraient profitables au peuple cubain opprimé", a indiqué le sénateur de l'Arizona. "C'est une position naïve en diplomatie internationale", a-t-il estimé.

Barack Obama a sèchement répliqué que "John McCain donnerait quatre ans supplémentaire d'une politique Bush-McCain ratée".

"Ma politique sera fondée sur le principe de la liberté pour le peuple cubain, et je rechercherai ce but par une diplomatie présidentielle forte et directe, et un changement immédiat de politique levant toutes les restrictions sur les visites et les transferts financiers effectués par des membres de familles cubaines", a-t-il dit dans un communiqué.

M. McCain, 71 ans, compte sur son expérience pour faire la différence avec M. Obama, 46 ans, sénateur depuis 2005.

M. Obama a affirmé jeudi que s'il était élu président il pourrait rencontrer les dirigeants cubains car "on ne parle pas seulement avec ses amis".

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés