Primeurs 2005 (encore) et vins de saison

La saison des primeurs 2005 bat son plein. On l'a souligné dans une récente chronique: ce millésime vraiment exceptionnel sera vendu à des prix soutenus... Un euphémisme. Le système, très bordelais (mais pas exclusivement), de ce type de vente consiste à commander - et payer - maintenant des vins qui vous seront livrés dès leur élevage et leur mise en bouteille terminée.

Pour les grands bordeaux, l'échéance est prévue au printemps 2008. Comme on peut l'imaginer, vu l'aura de l'année, spéculateurs et vrais amateurs (ceux qui achètent pour les boire) vont privilégier cette filière de vente, espérant (sans doute avec raison) faire de bonnes affaires. Un de nos grands distributeurs, Colruyt, s'engage même à rembourser la différence si les prix devaient baisser entre le moment de la réservation et celui de la livraison. La demande est grande et les prix sous pression, écrit Colruyt dans son tarif primeur. Alors que choisir? Il y a bien sûr les tout grands dont les prix s'affolent littéralement. Jugez plutôt: Château Mouton-Rothschild à 495 euros, Château d'Yquem à 599 euros, Château Léoville Las Cases à 356 euros, Château Cos d'Estournel à 169,95 euros... TVA comprise (quand même). à côté d'eux, voici quelques bonnes opportunités à prix décents. Grand classique du distributeur de Hal, le Château Coufran, un Haut-Médoc Cru Bourgeois Supérieur (10,45 et 20,90 euros en magnum, un bon choix dans ce dernier contenant). Toujours en Médoc (Moulis), le Château Poujeaux, Cru Bourgeois Exceptionnel (20,95 euros). En Saint-Estèphe, le Château Phélan-Ségur, également Cru Bourgeois Exceptionnel (26,95 euros). En Pauillac, il vous sera demandé 67,50 euros pour Lynch-Bages. à Margaux, Prieuré-Lichine s'affiche à 34,95 euros, tout comme, à Saint-Emilion, l'excellent Château La Dominique. Des prix disponibles jusqu'au 31 août (www.colruyt.be).

3 vins de saison

L'été continue... Même si la météo ne se montre guère optimiste. Voici quatre vins pour bien accompagner vos repas estivaux.

En rosé, l'original «BGO» 2004 du Domaine Leymarie à Vougeot, Oui, un Bourgogne rosé d'appellation Bourgogne Grand Ordinaire (d'où son nom). Il est produit avec du pinot noir, bien sûr, mais aussi avec un peu de gamay. Sec, fruité assez vif, il accompagnera des plats légers et pourra aussi être proposé comme apéritif singulier (chez Champion-Mestdagh - 5,59 euros).

Toujours en rosé, le Jacob's Creek 2005 nous vient de loin, du pays des kangourous. Cette étiquette, bien connue pour son blanc de chardonnay et ses rouges, produit aussi un rosé issu du cépage syrah qui, on le sait, a trouvé un excellent terroir en Australie. Vin gourmand au fruité légèrement acidulé. à servir avec des salades composées et des brochettes de poulet marinées (GB et Carrefour - autour des 5 euros).

Beaujolais-Villages 2005, Cave des Vignerons de Bel-Air. Avec 2005, il faut redécouvrir sans a priori les vins de cette pittoresque et attachante région qu'est le Beaujolais. Fruité mûr mais typique d'un Beaujolais bien né et bien vinifié. Palette de fruits rouges, très aromatique. à boire, bien sûr, vers 14° avec des charcuteries (Cora - 5,76 euros).

Le cigare du mois

Habanos, la société qui produit et commercialise tous les cigares cubains, fête cette année le 5e anniversaire de son idée - géniale - d'élaborer des «éditions limitées», soit des vitoles nouvelles pour ses différentes marques mais surtout plus puissantes, complexes, concentrées. On connaît leur succès. Alors, en attendant fin octobre la sortie en Belgique d'un nouveau Cohiba (il s'agira d'un «pyramides»), voici cet été deux nouveaux cigares entrant dans cette ligne à la production relativement confidentielle. Tout d'abord, un robusto signé Montecristo, marque emblématique des cigares de l'île. Notes de torréfaction, de grillé, puissant mais sans excès (13,20 euros). Et puis un Partagas, «coronas gorda», typé de cette marque connue pour sa puissance. C'est encore le cas dans ce dernier-né produit toujours dans la manufacture du centre de La Havane avec ses notes grillées, d'épices (poivre), d'humus. Cigare très rassasiant (12,50 euros). Des cigares, comme toutes les «éditions limitées», qui présentent une couleur très foncée, résultat de davantage de maturité (deux ans) des feuilles du haut de la plante.

Patrick Fiévez

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés