Publicité

Succès pour Anna Netrebko et l'équipe des "Noces de Figaro" à Salzbourg

La soprano russe à succès Anna Netrebko et ses partenaires des "Noces de Figaro" ont reçu mercredi soir un accueil très chaleureux avec cette production phare du Festival de Salzbourg qui marquait l'ouverture d'une nouvelle salle, la "Maison pour Mozart".

(afp) Les organisateurs avaient réuni un casting luxueux pour ce spectacle donné six autres fois jusqu'au 13 août, avec notamment le baryton-basse italien Ildebrando D'Arcangelo (Figaro) et la soprano allemande Christine Schäfer (Chérubin), tous deux particulièrement applaudis lors de la première.

A la direction musicale contrastée de l'Autrichien Nikolaus Harnoncourt, placé à la tête de l'Orchestre philharmonique de Vienne, a répondu la mise en scène minutieuse et pleine d'esprit de l'Allemand Claus Guth qui situe l'action dans une demeure aristocratique de la fin du 19e siècle magnifiquement éclairée.

La première de ces "Noces", pour laquelle les meilleures places pouvaient atteindre 600 euros, était diffusée en Autriche sur deux chaînes de télévision en direct ou en léger différé, et retransmise par plusieurs radios en Europe grâce à l'Union européenne de radiodiffusion (UER).

Les mélomanes - nombreux - qui n'avaient pu avoir de billets dans cette salle flambant neuve de 1.571 sièges pouvaient suivre la représentation sur un écran géant installé sur une grande place de Salzbourg.

Anna Netrebko, 34 ans, a acquis en Autriche une renommée digne d'une star de la pop, un phénomène renforcé par la Traviata de Verdi très glamour qu'elle a incarnée au côté du ténor mexicain Rolando Villazon en 2005 à Salzbourg.

La presse salzbourgeoise et viennoise se passionne pour cette ravissante artiste qui a officiellement obtenu mardi la nationalité autrichienne, ce qui facilitera ses nombreux déplacements en Europe.

La jeune femme conserve toutefois la nationalité russe. Elle avait dû faire face il y a quelques mois en Russie à une campagne de presse haineuse, qui avait relayé des accusations de "traîtrise" face à la perspective - écartée par l'intéressée - d'un renoncement à son pays

(photo: belga)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés