Publicité
Publicité
agora

40 ans après la révolution en Iran, l'arme géopolitique du pétrole a fait long feu

Ce premier février, l’Iran a célébré le retour triomphal de l’ayatollah Khomeiny après un exil à Neauphle-le-Château où, grâce à la France de Giscard d’Estaing et au financement des États-Unis de Jimmy Carter, il a pu préparer sa révolution islamique. Le shah Reza Pahlavi était parti le 16 janvier vers l’Égypte. La population était exaspérée par le régime autoritaire du Shah, qui menait grand train, bien que le pays fût en pleine croissance économique.