leading story

Ageas continue à solder l'héritage de Fortis

Ageas continue à réduire son exposition aux risques issus de l’époque de l’ex-Fortis. Dans un communiqué publié lundi après la clôture des marchés, le groupe d’assurances a annoncé le remboursement d’un emprunt perpétuel émis en 2008, avant la crise bancaire qui avait conduit au démantèlement de Fortis. Les titres concernés sont appelés, sans rire (du moins à l’époque), "Nitsh" ("non-innovative Tier 1 hybrid securities"). Il s’agit d’obligations perpétuelles offrant un taux d’intérêt mirobolant de 8%. C’est qu’à l’époque, Fortis était prête à tout pour trouver des liquidités… Et l’avantage de ces perpétuelles était qu’elles entraient dans le ratio de capital dur, dit "Tier one". Début 2008, Fortis avait levé 750 millions d’euros par le biais de l’opération "Nitsh I" et avait remis le couvert un peu plus tard en obtenant 625 millions via un emprunt dit "Nitsh II". Inutile de préciser que payer 8% d’intérêt annuel ad vitam pèse sur un bilan. Ageas s’offre donc une nouvelle bouffée d’oxygène après l’opération qui avait vu Royal Park Investments, dont il est actionnaire, céder son portefeuille d’actifs. Cette vente, annoncée le samedi 27 avril, avait fait bondir l’action Ageas de près de 5% le lundi 29 avril et de plus de 8% en une semaine.