Publicité
Publicité

Bernard Yslaire dresse un portrait d'un Baudelaire ambigu

Dandy sans sentiment, mesquin et méchant, le poète des Fleurs du Mal ne nourrissait un amour vrai, mais malsain, que pour Jeanne Duval, sa muse.